.:.Chronique.:.

Pochette

English, Lawrence

For / Not For John Cage

[Line::2012]

|01 Jansia borneensis |02 Otidea onotica |03 Hygrophorus russula |04 Naematoloma sublateritium |05 Coprinus comatus |06 Amanita inaurata |07 Gymnosporangium |08 Entoloma abortivum |

Depuis qu'il fait de la musique, John Cage a été une importante source d'inspiration pour Lawrence English. On peut même dire qu'il l'obsède. Alors quand s'est approchée l'année de son centenaire (faut-il rappeler que John Cage nous a quitté en 1992 à l'âge de 80 ans?) Lawrence English s'est naturellement penché sur un hommage musical qui s'incarne aujourd'hui dans ce disque. Il y travaille depuis 2011 et le but pour lui était d'approcher au plus prêt de ce que pouvait représenter les « idées et les intérêts » de Cage. Plus d'un s'y sont essayé et n'ont été que dans une situation d'élève à maître. Ici, Lawrence English tente de sortir de ce genre de piège, de ne pas se laisser enfermer dans un registre trop poli ou trop scolaire. En même temps, il ne faut pas trahir la pensée du mythe incarné qu'est John Cage. Voilà la problématique en face de laquelle Lawrence English s'est forcément retrouvé. De fait, il y a quelque chose de forcément anesthésiant, de bloquant, empêchant d'aller le plus loin possible ou de prendre des risques inconsidérés. Pour autant Lawrence English n'est pas dans le calcul. Il tente ici d'être le plus honnête possible avec celui qui l'a accompagné pendant une grande partie de sa vie musicale. Mais dans sa recherche, quelque chose d'inattendu est arrivé à l'australien. Il est tombé sur une œuvre assez méconnue de Cage, le film One11. De ce film English en a présenté une nouvelle bande son : One11 (refocused). Ce disque, dès lors, est issu de ce travail et porte en lui toute l'influence de John Cage. Pour Lawrence English, c'était un bon compromis qui se divise en deux partie, For John Cage et Not For John Cage. La première étant le fruit de son travail sur One11, la seconde provenant d'une session d'enregistrement complètement indépendante. Forcément ancré dans l'abstraction, une certaine froideur et un minimalisme de rigueur, ce disque ne révèle pas grand chose de plus de ce que l'on savait déjà des capacités de Lawrence English. Notre homme se fond ici dans un projet comme il a l'habitude de le faire, en instaurant des paysages sonores d'une belle consistance et qui finissent fatalement par vous fasciner. For/Not For John Cage n'a pourtant rien d'exceptionnel dans l'absolu mais il est dans une logique de perfection esthétique qui sied à ravir.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 03-04-2013

A voir également :

http://lawrenceenglish.com/

?>