.:.Chronique.:.

Pochette

Slaves, The

Ocean on Ocean

[The Helen Scarsdale Agency::2012]

|01 Seventeen|02 Sweet High|03 Wild Ride|04 Shadows|05 I'm in Heaven|06 Dokude|

Qui aime le shoegaze et n'en peut plus s'en défaire connaît The Slaves. Ce n'est pas possible autrement. Ce groupe qui n'a pas beaucoup d'écho médiatique (enfin pour le moment) est sans doute l'un des plus beau joyaux du genre actuellement. Nous venant de Portland dans l'Oregon, le duo formé par Barbara Kinzle et Birch Cooper est déjà l'auteur de trois albums. Ocean on Ocean est le tout premier et était initialement paru en cdr sur Debacle Records. C'est par l'entremise de Jon Porras de Barn Owl (avec qui The Slaves est souvent comparé mais on cite aussi des groupes comme Slowdive, Earth ou Grouper) qui fit découvrir le groupe aux gens de The Helen Scarsdale Agency qui s'est mis en tête de rééditer ce disque au format vinyle mais avec un tirage assez limité (pas plus de 400 exemplaires). Certes on est encore loin d'une reconnaissance à grande échelle mais The Slaves tend à s'imposer dans les esprits d'autant plus que les deux albums qui suivent Ocean on Ocean (Grey Angel et Spirits on the Sun) sont plus que convaincants. Alors commençons par le début si vous le voulez bien.

Pour faire court et précis, The Slaves c'est l'incarnation même du shœgaze. Ambiances brumeuses, éthérées, spectrales et pour le moins étirées enrobées d'une voix fantomatique, tels sont les maîtres mots qui forment l'ossature musicale du groupe. Si on n'y prend garde on peut penser que The Slaves n'a rien de vraiment original ou qu'ils ne font que reprendre les idées du passé. A l'évidence, le duo reste dans un schéma assez classique mais il imprime une beauté et une force émotionnelle qu'on n'entends pas tous les jours. La froideur apparente qui présente en permanence sur cette album est presque un leurre. Un disque comme Ocean on Ocean est plutôt réconfortant, apaisant. Il ne réchauffe pas forcément les cœurs mais il nous transporte au-delà des contraintes de ce monde. Beauté crépusculaire, cet album porte la marque de ce qu'il y a de plus enthousiasmant dans le shœgaze. The Slaves avait donc fait une entrée fracassante avec Ocean on Ocean et depuis, ils n'ont fait que confirmer nos espoirs tout en prouvant qu'ils ont un potentiel fou.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 31-03-2013

A voir également :

http://www.helenscarsdale.com/

?>