.:.Chronique.:.

Pochette

Senni, Lorenzo

Quantum Jelly

[Editions Mego::2012]

|01 Xmonsterx|02 Windows of Vulnerability|03 Makebelieve|04 Digital ∞ Tzunami|05 Powerage Xion4|

Certes, chez Mego on ne fait pas signer n'importe qui. Certes, Lorenzo Senni n'est pas le premier venu. Certes, l'idée de départ de ce disque était plutôt séduisante. N'utilisant qu'un synthétiseur Roland JP 8000 comme seule source sonore, Senni présente ici des morceaux qui ont été réalisé en une seule prise, ne présentant aucun over-dub si ce n'est quelques corrections bénignes. Le milanais, qui a déjà travaillé avec des gens comme Marcus Schmickler, Werner Dafeldecker, Florian Hecker, Lasse Marhaug, Greg Davis, EVOL ou Lawrence English, s'est sans doute amusé à créer ce Quantum Jelly aux contours très répétitifs, minimalistes et aux mélodies géométriques mais on en vient assez vite à se lasser tout en se disant qu'il y avait peut-être mieux à faire. On ne dit pas que Senni s'est contenté du minimum syndical, bien au contraire, mais ce matériau, presque brut, ne va sans doute pas aussi loin qu'on aurait cru. On a l'impression que Quantum Jelly tient plus de l'essai non achevé que du coup de génie. On n'en ressort pas avec le sentiment que Lorenzo Senni ait vraiment eu l'intention ici de faire un disque d'exception. Il se fait plaisir, retrouvant les sonorités électroniques qui on sévit pendant les 90's et qu'il affectionne tant. Loin de se fourvoyer dans la facilité pour autant, l'italien joue avec les variations, évolue comme si nous étions sur des montagnes russes. Ca peut donner le vertige mais Senni peine tout de même à atteindre les sommets qui nous aurait fait définitivement chavirer. Quantum Jelly reste un album plaisant qui échappe heureusement aux fautes de goûts. Mettant en avant des rythmiques hachurées mais paradoxalement souples, Lorenzo Senni a au moins ce souci de la cohérence. Tout l'album est, en effet, construit autour de cette même idée. Même si on n'est pas totalement convaincu on perçoit quelques pistes d'évolution dans le fait que Senni ne se ferme aucune porte ici.

note : 6

par Fabien, chronique publiée le 20-03-2013

A voir également :

http://www.prestorecords.com/lorenzosenni.html

?>