.:.Chronique.:.

Pochette

Van Hoen, Mark

The Revenant Diary

[Editions Mego::2012]

|01 Look Into My Eyes|02 Garabndl X|03 Don't Look Back|04 I Remember|05 No Distance (Except the One Between You and Me)|06 37 3d|07 Where Were You|08 Why Hide From Me|09 Unknown Host|10 Laughing Stars at Night|11 Holy Me|

Si Mark Van Hoen a été l'un des membres fondateur de Seefeel c'est surtout sous le nom de Locust qu'il s'est fait connaître. Un pseudo qu'il n'a pas tout à fait abandonné puisqu'il l'utilisera à nouveau pour un nouvel album qui va paraître en avril 2013 sur Mego (You'll Be Safe Forever). En attendant, c'est toujours sur Mego qu'il a publié ce The Revenant Diary qui est le disque, sans doute, le plus facile d'accès qu'il ait jamais produit. Ne comprenez pas que Mark Van Hoen soit tombé dans le compromis ou succombé aux sirènes de la musique en surgelé. Bien au contraire. La conception de ce disque est venu d'un fait quasi accidentel. Alors qu'il remixait des morceaux qu'il avait enregistré dans les années 90 et lors de Peel Session, Mark Van Hoen tombe, un peu par hasard, sur un vieux morceaux produit en 1982. La simplicité de la chose mêlé à une naïveté adolescente et des moyens assez minimalistes a créé une espèce de déclic chez lui. L'idée était donc pour lui de recréer ces ambiances avec toujours le souci de construire des morceaux avec un matériau réduit à sa plus stricte expression. Certes, il possède aujourd'hui de moyens qu'il n'avait pas quand il avait treize ans et le résultat présent est certainement plus abouti, mais dans l'esprit du britannique il s'agissait bien de retranscrire une certaine idée des 80's combinant des constructions mélodiques complexes avec des moyens sonores simplifiés.

C'est donc le tout analogique qui l'emporte ici et The Revenant Diary se révèle d'une incroyable richesse et d'une variété enivrante. Mark Van Hoen se surpasse ici car d'une idée qui aurait pu aboutir sur un fiasco total, il parvient à créer un album pour le moins fascinant. Quand bien même ses efforts précédents forcent le respect, ce disque là est peut-être celui qui lui ressemble le plus. Il y a quelque chose de profondément personnel dans chacun de ces morceaux comme si Mark Van Hoen était à la recherche d'un paradis perdu. Un paradis synthétique mais porté par des voix angéliques et brumeuses mais qui ne sauraient être totalement mécaniques. Ce qui est certain c'est que Mark Van Hoen pénètre ici dans monde fascinant et fantasmé où tous les rêves deviennent réalité. The Revenant Diary est le genre de voyage fantastique que l'on attendait vraiment depuis un bon moment et qui sort du cadre habituel de la musique électronique de ce début de siècle. Disque iconoclaste dans un monde qui le devient de moins en moins, The Revenant Diary replace les choses sur l'essentiel et malgré ses disparités il redécouvre une voie qu'on avait tendance à délaisser. Puisse ce disque ouvrir les consciences.

note : 9

par Fabien, chronique publiée le 13-03-2013

A voir également :

http://www.markvanhoen.com/

?>