.:.Chronique.:.

Pochette

Schaefer, Janek

Double Exposure

[Cronica::2011]

|01 A1: Spark Rising Over the Lights of Scarlett Heights|02 A2: Broadstairs Childrens Piano Trio|03 A3: Requiem for West Wittering|04 B1: City of Dreams - Theme Tune|05 B2: Coda for John Dankworth|06 B3: Fields of the Missed|07 C1: Unfolding Honey|08 C2: Inner Space Memorial [for J.G.Ballard]|09 D1: Asleep at the Wheel... in-car soundtrack 7 [featuring Richard Heinberg]|10 D2: Crossed Wires|11 D3: Tinkerbelles|12 D4: Exposure|

Les sound-artists comme Janek Schaefer sont souvent amenés à composer pour d'autres, des évènements, des installations etc... mais, pour éviter que toutes ces pièces disparaissent après utilisation il n'est jamais inutile de les regrouper et de les publier. L'idée n'est pas nouvelle et Janek Schaefer n'est pas le seul dans ce cas. Pour autant Double Exposure, qui associe des morceaux enregistrés entre 2005 et 2011 composés dans des contextes très différents, est hautement nécessaire et tout autant recommandable. Il ne s'agissait pas de compiler des morceaux sans qu'il y ait la moindre logique derrière. Si cela avait été le cas Double Exposure aurait été des plus indigeste et n'aurait pas la teneur qu'il possède aujourd'hui. Clairement orienté vers l'ambient qu'elle soit urbaine ou naturaliste, Double Exposure recueille de très beaux moments où les field recordings, les différentes textures sonores (notamment des vinyles manipulés), les boucles etc... font des merveilles sur notre subconscient. Ces « paysages imaginaires » n'ont pas toujours le but de nous plonger dans la rêverie. Un titre comme Crossed Wires, par exemple, est là pour nous bousculer. Un morceau, d'ailleurs qui fut utilisé, à la base pour la série tv The Wire (Sur écoute).

Uniquement disponible en format digital (dans la série Unlimited Relases), Janek Schaefer n'était donc pas limité par le temps ni même par le format des compositions qu'il souhaitait mettre dans ce projet. Ainsi, la durée des pièces va d'un extrême à l'autre sans pour autant que cela choque l'auditeur. En effet, à l'écoute de cet album on se rend compte que le temps n'a pas d'emprise sur nous ni même sur Schaefer, qu'il n'est pas d'une importance capitale et qu'il apparaît comme suspendu. Double Exposure est des plus saisissant et il montre que, quelles que soient les circonstances, Janek Schaefer arrive à s'adapter et à se surpasser. Mais on le savait déjà. Schaefer a une longue carrière derrière lui (et devant lui assurément) qui l'a placé comme l'un des meilleurs spécialiste des musiques abstraites et cérébrales. Double Explosure est donc comme une longue plongée dans le monde de l'éther où toute l'imagination créatrice de Schaefer prend son sens. Le britannique est de ceux qui, aujourd'hui, sait le mieux construire des paysages sonores qui dépassent l'entendement. Double Exposure en est un exemple supplémentaire qui ne peut être sujet à aucune contestation. D'ailleurs qui pourrait oser sans ajouter une bonne dose de mauvaise foi ?

note : 9

par Fabien, chronique publiée le 12-03-2013

A voir également :

http://www.audioh.com/

?>