.:.Chronique.:.

Pochette

Wino & Conny Ochs

Heavy Kingdom

[Exile on Mainstream::2012]

|01 Somewhere Nowhere|02 Heavy Kingdom|03 Dust|04 Vultures by the Vines|05 Dark Ravine|06 Traces of Blood|07 Heavy Kingdom Jam|08 Highway Kind|09 Dead Yesterday|10 Here Comes the Siren|11 Labour of Love|

Je ne sais pas ce qui est le pire. Faire semblant de ne pas savoir qui est Scott Weinrich ou ne même pas chercher à savoir qui c'est ? Oui, parce que Scott 'Wino' Weinrich ce n'est quand même pas n'importe qui. Faut-il rappeler ce qu'il a apporté au doom et au métal en général avec des groupes comme Saint Vitus, The Obsessed, The Hidden Hand, Lost Breed, Place of Skulls, Premonition 13, Shine, Shrinebuilder ou Spirit Caravan ? Ceux qui ont pu le voir l'année dernière au Hellfest avec Saint Vitus et The Obsessed en ont eu une magnifique piqûre de rappel. Alors faire comme si on le croirait sorti du fin fonds d'une cambrousse yankee, faut pas pousser. Certes son association avec l'allemand Cornelius 'Conny' Ochs a de quoi surprendre puisqu'elle a débouché sur un disque à tendance blues et, de surcroît, purement acoustique (à quelques nuances près). Mais, bon sang de bois, c'est quand même la base du boulot que de savoir à qui on a affaire, non ? Enfin, pour certains, il faut croire que non, ce qui entraîne le genre de supposition hâtive que Wino et Conny Ochs sont de bons bouseux du fin fond de l'Amérique. En fait, on est assez loin de tout ça et on peut bien entendu faire du blues sans être obligé d'avoir de la paille dans les oreilles figurez-vous.

Heavy Kingdom est donc un disque de blues acoustique, assez éloigné de ce que fait habituellement Wino, mais pas tant que ça en ce qui concerne Conny Ochs. Ce dernier est, en effet, plus connu pour ses errances dans le rock acoustique mais, quand on y réfléchit bien, rien ne pouvait empêcher le fait que Wino puisse s'engager sur cette voie là. Et grand bien lui en a pris. Leur association fonctionne ici à merveille autour de morceaux épurés mais qui ne manquent pas de force. Pour autant, les deux hommes n'ont pas cherché à être le plus roots possible. Ce n'est d'ailleurs pas forcément comme cela que l'on est le plus authentique. Parce que oui, le blues c'est aussi une histoire d'authenticité, d'honnêteté et de profondeur d'âme. Et Heavey Kingdom possède tout cela sans que Conny Ochs et Scott Weinrich se sentent obligés de forcer le trait pour qu'ils apparaissent comme crédibles. De toute façon, ce qu'ils ont fait par le passé plaidait déjà en leur faveur et ce Heavy Kingdom ne fait qu'entériner une heureuse rencontre qu'on n'espère pas sans lendemains.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 27-02-2013

A voir également :

http://www.mainstreamrecords.de/

?>