.:.Chronique.:.

Pochette

Phizmiz, Ergo

Eleven Songs

[Autoproduction::2012]

|01 Lafcadio|02 The Devil in the Belfry|03 Celandine|04 The Rock Song of J. Alfred Pruflove|05 I Don't Believe|06 The Penguin|07 Fingerwings|08 Space Dance|09 Ophelia|10 Bernard and the Genie|11 Absolution|

Depuis l'une de ses collaborations avec People Like Us, nous n'avions pas vraiment pris de nouvelles d'Ergo Phizmiz. C'est un peu dommage car le bonhomme est loin d'être resté inactif. Mais nous ne sommes pas là pour faire l'étalage de tout ce qu'il a pu faire depuis quatre ans. Nous n'en finirions pas. Eleven Songs est largement suffisant pour le moment afin que l'on se rende compte à quel point Ergo Phizmiz est un génie sous-estimé. Et comme tel, il est forcément un homme de l'ombre. On le sait, il travaille beaucoup sur commande, notamment pour des radios comme la BBC ou pour le théatre, mais finalement assez peu pour lui même. Mais quand il arrive à se dégager du temps pour lui, pour quelque chose de plus personnel, on se rend compte que l'on est peut être passé de quelque chose, qu'on aurait pu lui ouvrir bien plus de portes qu'il n'en a ouverte lui même. Déjà, son précédent disque, Things to Do and Make, avait déjà éclairé la lanterne de quelques uns d'entre nous. Mais pour ceux qui avaient suivi ses travaux tout au long de ces dernières années, ce disque, sobrement intitulé Eleven Songs, n'est pas une réelle surprise.

Eleven Songs n'est peut-être pas une surprise mais quel enchantement. Au premier abord, tout cela à l'air terriblement banal, pas très bien produit, un peu bancal, du lo-fi de carnaval. Mais tout cela a toujours été la marque de fabrique du bonhomme. Pourtant, celui que l'on a assimilé à la scène de Canterburry, s'est donné les moyens ici d'être au-dessus de tout ça tout en restant profondément lui-même. De fait, Eleven Songs n'est pas un album crasseux ou sans originalité. Bien au contraire, sous de faux airs de bonhomie, Ergo Phizmiz est un song-writer de premier ordre qui vous retourne comme une crêpe dès les premiers instants. Lafcadio, morceau qui ouvre cet album, en est un parfait exemple. Un morceau qui n'a l'air de rien mais quand on est vraiment attentif il se révèle d'une beauté unique. Donc, oui, Ergo Phizmiz est assez méconnu et c'est une réelle injustice car des personnages comme lui sont assez rares dans le landerneau musical actuel. Hors-caste, ce disque est un peu comme un doigt d'honneur à tout ceux qui passent leur temps à pomper ce qui a été fait avant eux. Avec simplicité et beaucoup d'ingéniosité, Ergo Phizmiz nous livre un disque facétieux, parfaitement écrit et loin de toute surenchère. Est-ce si dur à réaliser ? Il faut croire que oui.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 27-02-2013

A voir également :

http://www.ergophizmiz.net/

?>