.:.Chronique.:.

Pochette

Motorama

Calendar

[Talitres::2012]

|01 Image|02 White Light|03 To the South|04 Rose in the Vase|05 In Your Arms|06 Young River|07 Sometimes|08 Two Stones|09 Scars|10 During the Years|

Il faut bien se rendre compte que le revival post-punk n'est pas sur le point de crever. Depuis quand déjà est-il au goût du jour ? Depuis Interpol ? The Strokes ? Avant encore ? Quoi qu'il en soit le phénomène dure même s'il ne fait plus forcément la une des plus grandes officines médiatiques. Mais peut importe car au-delà de la surprise de voir des gens s'intéressent encore au genre (comme quoi les 80's n'étaient pas aussi pourries qu'on veut bien le dire), il y a encore des bons disques qui sortent. Signe qu'il y a toujours un peu d'avenir pour un style qui n'a peut-être plus grand chose à offrir. Et c'est là qu'est tout le paradoxe. Qu'est-ce qui n'a pas été dit ou fait ? On serait bien en peine de donner une réponse précise. Aujourd'hui tous les disques de post-punk se ressemblent plus ou moins et les groupes oublient bien souvent qu'un genre ne peut avancer que du fait de ses innovations, sinon il est appelé à disparaître ou à tourner en rond. De fait, une formation comme Motorama, qui nous vient de Russie, n'a pas la capacité de faire avancer le schmilblick. Pourtant, Calendar, leur second album, n'est pas sans qualités. Loin de là. Bon élève, Motorama a bien intégré les codes d'un post-punk à la Interpol. Des guitares claires, un chanteur à la voix grave et ténébreuse, une rythmique saccadée comme il faut et des mélodies ciselées. Ils ont manifestement tout compris, tout assimilé, tout digéré. Le vrai challenge pour eux était donc d'être non seulement dans les clous mais aussi de ne pas trahir l'esprit d'un style qui a rarement été décevant. Motorama ne pouvait donc pas entrer dans le club fermé des espoir déçus. Déjà auteur d'un premier album prometteur (Alps), Motorama signe un Calendar qui a de la gueule, de la classe, une belle homogénéité et la couleur froide qui sied parfaitement à ce que l'on pouvait attendre. Il n'y a peut-être pas de surprise, et à vrai dire on n'en attendait pas, mais Motorama fait un peu plus que de faire le job. Le groupe distille des morceaux qui donnent largement envie qu'on y revienne. Calendar mérite donc toute notre attention et on découvre là un groupe qui, s'il se débrouille bien, aura des chances de bien figurer à l'avenir.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 24-02-2013

A voir également :

http://www.wearemotorama.com/

?>