.:.Chronique.:.

Pochette

Zulus

Zulus

[Aagoo::2012]

|01 Spear|02 Surgery|03 To Die in Spain|04 Kisses |05 Vibrations|06 Blackout|07 Tremolo|08 Death|

Les groupes comme Zulus pouvaient faire peur il y a encore quelques années. Ils font toujours peur mais à beaucoup moins de monde aujourd'hui. Il faut dire que le monde de la musique a depuis longtemps toujours porté en lui des frappadingues, freaks en tous genres avec une araignée collée au plafond. Le temps n'a pas arrangé les choses et, désormais, voir apparaître un groupe comme Zulus, même s'il peut susciter de l'intérêt, ne peut plus être vraiment considéré comme un accident de la nature. Il n'en demeure pas moins qu'on préfère encore mille fois voir surgir un Zulus que de se faire chier à écouter le dernier calque d'artistes sans imagination. Représentants d'un rock noise habité et halluciné, ces quatre new-yorkais n'ont pas choisi la voie la plus facile mais, on en conviendra, ce n'est pas non plus la plus complexe. Ils sont un peu entre les deux. Suffisamment en tout cas pour qu'on leur accorde volontiers le statut de poil à gratter rock'n'rollesque. Avec une énergie punk (la voix du chanteur ressemble parfois à s'y méprendre à celle de Johnny Lydon-Rotten) mêlée à celle du post-hardcore et de la no wave, Zulus n'y va pas par quatre chemins et fonce tête baissée, sans se poser de questions, dans une transe électrique libératrice. Dans l'absolu, il n'y a rien d'extraordinaire dans tout ceci mais ces américains possèdent ce feu sacré tellement indispensable qui vous distinguent de tous les autres. C'est ce qui fait que ce premier album n'est pas tout à fait ancré dans la banalité ambiante. Ca sent la crasse, la nuit, les sous-sols, les soirées alcoolisées qui ne finissent jamais. Un disque, donc, à écouter dans un état second ou avec cette volonté de laisser derrière soi la brutalité comptable du quotidien. Le réac de base (et, ils sont loin d'être en voie de disparition) vous dira que c'est une musique de déviant. Répondre par un sourire et en répétant que c'est bon la déviance dans ces cas là sera parfaitement adéquat. Parce que oui, Zulus nous fait du bien, ils nous sont utiles car totalement jouissifs. Et ce ne sont pas des coincés du conduit rectal qui nous feront penser le contraire.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 29-01-2013

A voir également :

http://zulusnyc.com/

?>