.:.Chronique.:.

Pochette

Hund, Olaf

Music Is Dead

[Post-Electronic Music::2012]

|01 Lovin' the Darkness|02 Psycho Killer|03 I Wanna Be Your Ice Cream|04 Music Is Dead|05 We Love Electronic|06 Rock'n'Beat|07 Scream and Jump|08 The Hund Is Dead|09 Stroll Around You|10 Gasoline Suicide|11 I Don't Feel So Sexy|12 Isolation|13 Need One More Time|

Il y a peut-être un côté désabusé à affirmer que la musique est morte ou alors avoir un humour qui n'est pas celui de monsieur tout le monde. Et étant donné qu'Olaf Hund est loin d'être un clown triste on penche facilement pour un second degré voire un troisième. Par cet aphorisme, Olaf Hund entend dénoncer la mise à mort de la musique du fait de son inévitable sur-consommation et de sa transformation en produit de masse jetable. Même si on sait qu'il y a sûrement derrière ça un petit coté provocateur, il pose aussi quelques questions sur l'avenir de la musique et de l'approche même de l'auditeur par rapport à celle-ci. Alors, il n'est pas question pour lui de faire de longue tirade philosophique ou de faire de la branlette intellectuelle. Son langage à lui est celui de la musique, de la dérision, du décalage, de l'absurde, bref, tout ce qui peut décontracter les méninges. C'est peut-être pour cela que Music Is Dead est un peu décousu, un peu inégal, possédant des couleurs très différentes d'un morceau à l'autre, se permettant même de faire une reprise décomplexée d'Isolation de Joy Division dont chacun connaît le côté psychorigide. Pourtant il y a chez lui une réelle intelligence dans l'approche de chacune de ses chansons qui n'est certes pas d'une folle originalité mais qui a ce mérite de proposer de belles constructions mélodiques et sonores ainsi que de posséder une fraîcheur indéniable. Dans un esprit plus post-punk que french touch (c'est pourtant un peu de là qu'il vient), Olaf Hund est dans la dynamique d'un type qui fait de la résistance avec le sourire sans se prendre la tête. Music Is Dead n'est pas le genre de disque qui veut des leçons d'intégrité. Bien au contraire, Olaf Hund tente avec ses propres moyens de retrouver un peu d'humilité sans chercher à s'excuser de ce qu'il est ni en se faisant passer pour un moraliste de comptoir. Ce n'est pas chose facile mais notre homme possède ce détachement nécessaire pour parvenir à ce genre de résultats. Music Is Dead se passe donc de commentaire superflu car il image parfaitement la personnalité du bonhomme.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 11-12-2012

A voir également :

http://olafhund.com/

?>