.:.Chronique.:.

Pochette

Chauveau, Sylvain

Simple

[Fat Cat::2012]

|01 Noir|02 Des plumes dans la tête|03 Au nombre des choses|04 Within the Oderly Life|05 Le brasier de tristesse|06 Anthracite|07 Pour les oiseaux|08 The Plot|09 Blanche comme l'infini|10 Everything Will Be Fine|11 Notre étrangère|12 Beast|13 Strangers forever|14 Murmure|15 Situation finale|16 Blanc|17 For C.|18 Dernière étape avant le silence II|

On avait laissé Sylvain Chauveau avec le magnifique dernier album d'Arca, By. Oui, magnifique parce que tout ce que touche Chauveau se transforme en une musique qui nous émeut profondément. C'est un personnage rare qui bien que très discret aura été dans tous ses projets d'une excellence absolue. Mais son œuvre la plus fascinante est sans doute celle lorsqu'il se présente seul sous son propre nom. Depuis Le livre noir du capitalisme, Sylvain Chauveau n'a jamais cessé de nous étonner et de nous toucher avec sa musique dont on ne sait si elle vaut vraiment une classification tant on n'a pas envie de l'enfermer dans un carcan trop étroit. Ce nouveau disque, qui n'en est pas vraiment un, nous monte une fois de plus que Sylvain Chauveau est un rêveur. Un rêveur parfois contrarié mais qui ne sait pas cacher ses sentiments quels qu'ils soient. A la limite on pourrait presque dire que l'homme gravite dans l'univers d'un Debussy, d'un Nyman et de tout cette branche néo-classique sans qu'il se sente lui même appartenir à la moindre famille. Chauveau est un électron libre. Libre de ses choix, libre de ne pas être tout le temps dans le même registre.

Ainsi, Simple n'a pas la vocation d'être toujours sur le même ton et, de toute façon, cela aurait été bien difficile à soutenir. En effet, ce disque est une compilation de courts morceaux réalisés entre 1998 et 2010. Ce furent soit des œuvres de commandes, des pièces pour le cinéma, des versions non retenues pour x raisons ou tout simplement des inédits. Pourquoi les sortir aujourd'hui ? La vraie question est pourquoi ne pas les avoir sortie, tout bonnement ? On ne va pas faire les curieux et on va savourer ce qui nous est donné ici car Simple a cette beauté naturelle de la vie, d'une vie qui s'écoule d'une manière automnale et mélancolique. C'est toujours un peu ainsi avec lui et le titre qu'il nous propose pour ce disque est évidemment trompeur parce que malgré la limpidité de sa musique il est évident qu'il navigue dans des eaux troubles. Mais c'est ce qui fait tout l'intérêt de son art. Sylvain Chauveau avait sans doute besoin de ne pas laisser mourir ces morceaux dans le fonds d'un tiroir. Il a bien fait et ce pour le bien de tous même si Simple n'apporte pas forcément grand chose à ce qu'il a pu déjà faire. On évite ainsi l'oubli à des titres qui ne le méritaient manifestement pas.

note : 9

par Fabien, chronique publiée le 05-12-2012

A voir également :

http://www.sylvainchauveau.com/

?>