.:.Chronique.:.

Pochette

B.Fleischmann

I'm Not Ready for the Grave Yet

[Morr Music::2012]

|01 Don't Follow|02 Tomorrow|03 Beat Us|04 Lemminge|05 Who Emptied the River|06 I Am Not Ready for the Grave Yet|07 This Bar|08 Some / Others / My Husband|09 At Night the Fox Comes|10 Your Bible Is Printed on Dollars|

Indécrottable Bernhard Fleischmann. On l'avait quitté avec un The Humbucking Coil (2006), certes, assez moyen et il était déjà (et ce depuis ses débuts) sur Morr Music. Six ans plus tard les choses n'ont pas vraiment changé. Il est comme chez lui sur le label berlinois et quand bien même il fait quelques escapades sur Sound of A Handshake c'est comme si il jouait à domicile puisque c'est une sous-division de Morr Music. Une telle fidélité ça devient rare. Une fidélité qui, depuis The Humbucking Coil, a généré d'autres albums tous plus dignes d'intérêt les uns que les autres. Depuis que nous l'avons quitté c'est six albums (dont deux avec Duo 505) qui sont venus compléter le parcours discographique de l'allemand. Il a donc largement eu l'occasion de se rattraper de l'impression mitigé qu'il nous avait laissé. Et croyez bien qu'il ne s'en est pas privé. Avec I'm Not Ready for the Grave Yet, il ne fait pas que poursuivre sa remontée dans notre estime, il ne fait que nous rappeler ce qu'il a toujours été, c'est à dire un des chantres de l'électro-pop à la sauce germanique, celle qui a forgé l'identité d'un label comme Morr Music et qui a marqué pour longtemps l'approche de ce style si particulier.

B.Fleischmann est de cette école qui, pendant une bonne partie des années 2000, pour ne pas dire la majorité, a été à l'origine d'une esthétique qui, encore aujourd'hui, fait des émules tout en n'ayant pas vieilli d'un iota. C'est comme au premier jour, toujours cette même fraîcheur, ce talent pour les rythmiques carrées sans donner l'impression d'une rigidité trop crispante. Incroyablement volubile, Fleischmann enchaîne les bons tempos, les bonnes mélodies, les bonnes constructions. Sans doute que I'm Not Ready for the Grave Yet n'étonnera pas parce qu'il ressemble trop à l'imagerie sonore de Morr Music. Encore que Fleischmann apporte quelques éléments nouveaux, notamment dans une sorte de modernité au niveau de la production, une utilisation un peu inédite du sampling et un rythme qui semble s'être quelque peu accéléré. Bernhard Fleischmann est donc très loin d'être diminué et signe là un disque des plus attrayants qui ne perd jamais le sens des réalités et qui semble taillé dans une roche inaltérable. Sacré bonhomme que celui-ci.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 27-10-2012

A voir également :

http://www.bfleischmann.com/

?>