.:.Chronique.:.

Pochette

Kehlvin

The Orchard of Forking Paths

[Division Records::2012]

|01 This Is Mere Noise|02 Troy Von Balthazar|03 The Metaphysical Trout|04 Grady Robinson|05 Melon Fucker|06 Whip This|07 Why I Am Not|08 The Orchard of Forking Paths|

La Suisse est un pays de faux endormis. L'image d'Epinal qui veut que les helvètes soient des gens trop policés, trop rangés ou trop ordonnés n'a de valeur que chez ceux qui y croient vraiment sans avoir mis les pieds chez nos voisins alpins. Au niveau musical, en tout cas, cela fait longtemps que l'on a dépassé le stade du chant tyrolien et un groupe comme Kehlvin est loin de faire l'unanimité chez les buveurs de camomille. Le groupe formé en 1999 n'avait jusqu'ici fait que peu de disques : The Mountain Daylight Time en 2006, un split avec Rorcal (Ascension) en 2007 et Holy Cancer, un ep sorti en 2008. The Orchard of Forking Paths, deuxième album du groupe donc, apparaît presque comme une bénédiction. Le groupe est tellement rare qu'il ne faut pas laisser passer l'occasion et pour les amateurs d'ambiances lourdes et complexes, ce nouvel opus de Kehlvin peut rapidement passer pour un incontournable. Pourquoi ? Tout simplement parce que Kehlvin ne sort pas des disques à l'emporte pièce. Le peu qui existe aujourd'hui d'eux sur une galette est pour le moins irréprochable. The Orchad of Forking Paths renforce l'image que l'on avait d'eux : un groupe puissant, intègre, sombre, torturé et implacable. Mais c'est surtout ce dernier qualificatif qui cristallise le mieux la musique de Kehlvin. Tout au long des cinquante minutes de cet album les Suisses se montrent intransigeants et incisifs prenant par moment quelques accents fugazien mais, la plupart du temps, c'est bien l'ombre de Neurosis qui planent au-dessus de leurs têtes. Personne ne s'en plaindra puisque Kehlvin est loin d'être une pale copie. Ils ne l'ont d'ailleurs jamais été. Même si leur musique est très marquée elle possède cette force nécessaire et indispensable qui s'allie avec un sens aigu des mélodies noueuses. La forte pression qui s'exerce alors ici est pour le moins salvatrice et prouve que Kehlvin n'est pas un groupe de second rang. Sinon on ne verrait pas bien pourquoi Julien Fehlmann et Brian Lucey viendraient s'acoquiner avec des types pareils.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 10-10-2012

A voir également :

http://www/kehlvin.ch

?>