.:.Chronique.:.

Pochette

Kinski

Airs above your station

[Sub Pop::2003]

Du post rock, encore une fois. Kinski est signé sur Sub Pop et joue tout ce qu’il y a de plus post rock. C’est à dire des chansons très longues, des atmosphères qui mettent du temps à se mettre en place, une envie certaine de faire passer de l’émotion à travers sa musique, et peut être au bon goût pour la dépression. Kinski donc est un groupe assez banal à la première écoute.

Comme d’habitude on se dit que Mogwai est bien là, EITS, TSMZ, GY !BE derrière. Et que l’on a donc pas besoin de quitter les valeurs sures. Mais qu’y a t-il après l’Ecosse, le Texas et la Constellation Canadienne. Il y a des groupes comme Mono (Japon) et Kinski (USA) qui mériteraient de grimper en haut de l’échelle. Car même si cet album des Américains est long, il est truffé de moments exceptionnels et envoûtants. Ils mettent dépendant parfois trop de temps à arriver (c’est peut être cela qui est si bon). Ici, les grosses guitares sont sorties. Un très gros son prend place après 5 minutes de vide. Et dès la première piste, on y croit. Ce son est énorme, et les ambiances sont complètement noires, totalement floues et effrayantes. C’est glauque, et on aime ça, on en veut encore, de ces guitares qui crient et de cette batterie qui ne cesse d’être maltraitée et violentée.

Après réflexion, Kinski ne ressemble à aucun des groupes cités ci dessus. Ils ont leur identité, leur (gros) son, et leur façon de s’exprimer. Les banaliser serait trop facile, trop désinvolte, il vaut mieux écouter et réécouter tout cet album qui ne demande qu’à être exploré. Il faut aimer ce style d’ambiances lourdes, parfois à la limite des musiques les plus extrêmes. Mais il faut prendre le temps de les écouter, leur lancer une chance.

note : 7.5

par dorian, chronique publiée le 20-10-2003

.:.L'avis des autres rédacteurs.:.

Thomas F. : avis du rédacteur
jean marc : avis du rédacteur

?>