.:.Chronique.:.

Pochette

Reptile Youth

Reptile Youth

[HFN::2012]

|01 Black Swan Born White|02 Morning Sun|03 Dead End|04 Speeddance|05 By My Yoko Ono|06 A Flash in the Forest|07 Shooting Up Sunshine|08 It's Easy to Lose Yourself|09 Heart Blood Beat|10 Fear|

Peut-on encore faire aujourd'hui de bon disque de pop ? Et est-ce que celle-ci a encore des chances d'évoluer ? A la première question, il est évident que la réponse est affirmative. Quant à la seconde, on est un peu moins catégorique. C'est pour cela que le cas de Reptile Youth est intéressant. D'apparence, ce duo danois n'a peut-être pas les armes pour être le sauveur de ce siècle mais on ferait mieux de se méfier. Oui, parce que ce premier album est ce qu'on peut appeler un bon album de pop et, contrairement à d'autres qui ont la fâcheuse tendance à faire la même chose que ce qui a été déjà été fait hier, a l'avantage d'être bien ancré dans son époque. On vous dira sans doute que ce n'est pas forcément un bon point pour eux, que la pop d'aujourd'hui est quelque peu surfaite et trop lisse et que d'autres créneaux sont plus porteur. On se demande encore quels créneaux peuvent être plus porteur qu'un autre et pour quelle raison un groupe devrait choisir son orientation musicale en fonction de ce qui marche le mieux. Certes, Reptile Youth n'œuvre pas dans un genre le plus difficile d'accès qui soit mais, depuis quelques temps, c'est quand même l'ennui qui l'emporte assez régulièrement sur un genre qui est pourri depuis bien longtemps par les pires rapaces et parasites que la terre ait jamais portée.

En somme Reptile Youth est un peu une petite bouffée d'oxygène dans un monde qui donne de plus en plus la gerbe. A l'instar de leurs camarades de WhoMadeWho, Reptile Youth a le chic pour pondre des hits songs sophistiquées à la pelle et de faire passer ça le plus naturellement du monde. Et puis ce qu'il y a de bien c'est que ce sont de vrais tapés. Si on ne prend que le cas de Mads Damsgaard Kristiansen, chanteur de son état, il est clair qu'il est un perché. Mais que ce soit sur disque ou sur scène (où ils ont officié également sous le nom de Reptile & Retard), il faut bien avouer que ce sont de véritables bêtes curieuses qui, pour l'instant, ont la baraka. On leur souhaite de suivre le même chemin que WhoMadeWho qui ne sont sans doute pas des stars planétaires mais qui, au moins, ont une discographie impeccable. Pour le moment, Reptile Youth monte en puissance et ce premier album, d'une rare efficacité, nous fait dire que la pop, à tendance rock quand même, n'est pas encore six pieds sous terre ou ne s'est pas encore zombifiée.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 09-10-2012

A voir également :

http://www.reptileyouth.com/

?>