.:.Chronique.:.

Pochette

Appaloosa

The Worst of Saturday Night

[Black Candy::2012]

|01 Tekno Paste|02 Calibrù|03 Beet Oven|04 Straight to Monsel|05 Luli|06 Il Rouge|07 Irish|08 Mazzpower|09 Ciompo Wonder Vs Nellano|10 Tito|11 Rethe|12 Western|13 Yuri|14 Tekno Paste Bueno|15 Pellestate|

Sur la chronique de Savana, je qualifiais Appaloosa de groupe math-rock. Cela se justifiait même si on sentait bien que les italiens n'ont jamais voulu s'enfermer dans cette simple étiquette. Leur nouvel opus, The Worst of Saturday Night (le genre de titre qui nous évoque forcément pleins de souvenirs pas très glorieux), montre qu'ils ne seront jamais le groupe d'une seule couleur musicale. Ce n'est pas dans leur nature. Leur nature, justement, être d'être là où on ne les attends pas et Appaloosa s'en est fait une spécialité depuis que pour eux le monde est monde. Le sens de la dérision ne leur est pas étranger au point de s'inspirer d'une chronique négative de leur précédent disque (Savana en l'occurrence) pour en faire le titre de ce cinquième album. Comme d'habitude, Appaloosa adore le mélange des genres. Entre fond math rock, inspiration soul, cinématographique, rock bancal, pop déglinguée et tutti quanti, le groupe fait comme si il faisait partie de la Commedia dell'arte, donnant l'impression d'improviser et de se montrer le plus réactif possible. Pourtant, il n'y a pas vraiment d'improvisation dans ce qu'ils font et si jamais on peut se laisser avoir c'est peut-être du fait des différentes dynamiques qui animent les italiens. En effet, on ne peut aucunement dire que les morceaux qui composent ce disque se ressemblent vraiment mais cela ne manque, paradoxalement, pas d'unité. L'illusion est presque parfaite, les morceaux entrecoupés par des sortes d'interludes incongrus renforçant cette image d'anarchie sautillante. Pour résumer, Appaloosa n'est pas un groupe qui fait n'importe quoi. C'est juste que leurs centres d'intérêts sont des plus variés et qu'ils savent les associer intelligemment pour faire des disques hors normes. The Worst of Saturday Night en est la plus parfaite illustration, montrant par la même occasion que la formation transalpine est en très bonne santé. L'heure de la retraite n'a pas encore sonné pour eux.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 06-10-2012

A voir également :

http://www.myspace.com/appaloosarock

?>