.:.Chronique.:.

Pochette

Petit, Philippe

Fire-Walking to Wonderland

[Aagoo::2012]

|01 Movement I|02 Movement II|03 Movement III|04 Movement IV|05 Movement V|

Voici donc le deuxième volet de la trilogie The Extraordinary Tale of a Lemon Girl qui avait été entamée par un Oneiric Rings on Grey Velvet de toute beauté. Sur ce second chapitre, Philippe Petit ne relâche aucunement la pression. Il poursuit l'idée originale mais dans un registre quelque peu différent. Quel aurait-été l'intérêt en effet que de refaire, grosso modo, trois fois le même disque ? Aucun, bien entendu. D'où cette volonté de se réinventer, de tenter autre chose, autre chose de plus radical, de plus expérimental lorgnant vers la musique concrète et le noise le plus tordu. Certes, on n'apprendra pas grand chose sur ce que peut être ces deux genres et ce qu'ils donnent quand ils sont combinés. Pour autant, Philippe Petit n'est pas né de la dernière pluie et il sait comment créer des ambiances schizophréniques parfaites, ces trous béants dans la perception du réel et la déformation sonore. Fire-Walking to Wonderland est sans doute moins évident que Oneiric Rings on Grey Velvet qui était déjà dédié à un auditoire averti, mais il est tout aussi délectable. Délectable non pas parce qu'il est agréable à l'oreille (il ne l'est évidemment pas) mais parce que dans sa construction Philippe Petit se montre particulièrement inventif, imprévisible tout en gardant des structures tonales de toute beauté. Evidemment, Fire-Walking to Wonderland n'est pas d'un accès facile et on savait par avance qu'il le serait. Il faut alors s'accrocher, dépasser les visions très terre à terre de la musique pour pénétrer dans un ailleurs que n'aurait pas forcément renié Lewis Carrol tant ce disque va au-delà du réel, défi l'absurde et approche une forme de folie qui ne peut être comprise que par ceux qui ont déjà côtoyé ce genre de déséquilibre comportemental. Pourtant Fire-Walking to Wonderland n'est pas un disque hors contrôle. Bien au contraire. Philippe Petit est au fait de sa maîtrise et rien ne semble arrêter ses élans créateurs.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 14-09-2012

A voir également :

http://www.philippepetit.info/

?>