.:.Chronique.:.

Pochette

Duet Emmo

Or So It Seems

[Mute::1983]

|01 Hill of Men|02 Or So It Seems|03 Friano|04 The First Person|05 A.N.C.|06 Long Sledge|07 Gatemmo|08 Last's Card|09 Heart of Hearts|

Daniel Miller, au demeurant patron légendaire de Mute, a eu une carrière artistique mais tout ses projets ont été des plus éphémères. De The Normal (qui est sans doute le plus connu avec le fameux morceau Warm Leatherette) à Come, Silicon Teens ou Sunroof, tous ont connu une courte vie. Il en fut de même pour Duet Emmo qui n'a eu à son actif qu'un album et deux malheureux singles. Mais Duet Emmo ne fut pas le seul projet de Miller. Pour l'accompagner on ne retrouve pas que des inconnus. Ce n'est désormais plus un secret, le nom même de Duet Emmo n'était rien d'autre que l'anagramme de Mute et de Dome. Dome dans lequel on retrouve Bruce Gilbert et Graham Lewis, transfuges d'un Wire qui vient de connaître sa première séparation. Les trois comparses se connaissent depuis un bon moment et un projet de collaboration était dans les cartons depuis quelques temps mais les succès presque inattendus de groupe comme Yazoo et Depeche Mode ont empêché Miller de concrétiser la chose plus tôt (l'activité prenante du label explique aussi les courtes vies des projets musicaux de Miller). Malgré tout Duet Emmo a vu le jour pour un Or So It Seems des plus intéressants.

Oui, et il est dommage que le trio n'ait pas pu pousser plus avant l'expérience car on a avec Or So It Seems une belle performance de musique électronique cold, sombre, minimaliste, post-industrielle, et dans la droite lignée de ce que va devenir le Wire seconde génération. De fait, ce disque apparaît comme un laboratoire à idées, une matrice qui propose déjà des morceaux aboutis et particulièrement réussis. Ce disque a peut-être des côtés un peu psychorigides mais il y a cette justesse de ton, une force minimaliste et mécanique qui bien qu'elle ne soit pas forcément originale a sans doute quand même pesé sur les productions futures d'autres artistes. Glauque et quasiment malsain, Or So It Seems est pour ainsi dire un cas d'école. Difficile, alors, de ne pas prendre ce disque comme un classique. Un classique certes un peu oublié, injustement oublié, mais qui en s'inscrit dans une démarche et une couleur sonore qui collera durablement à la peau de la décennie qui l'aura vu naître. Or So It Seems c'est l'album qui par excellence est délicieusement angoissant. Un disque à redécouvrir d'urgence pour ceux qui adorent les ambiances cliniques.

note : 9

par Fabien, chronique publiée le 12-09-2012

A voir également :

http://mute.com/

?>