.:.Chronique.:.

Pochette

Mùm

Early Birds : A Compilation of Early Recordings, Rare Music and Forgotten Songs From 1998-2000 or Thereabouts

[Morr Music::2012]

En un peu moins de dix ans le collectif Mùm aura été l'une des plus belles curiosités de la décénnie passée. De toute façon on sait que malgré que l'Islande soit un petit pays il nous a quand même fourni de beaux spécimens et Mùm fait parti de ceux là. Bien que discrets ces derniers temps, le groupe, qui s'était surtout fait connaître avec Finally We Are No One, il était dit que l'histoire de Mùm était encore à écrire. Et cette histoire continue à s'écrire avec une compilation qui fort heureusement n'est pas un best-of. Early Birds est une compilation qui revient aux origines, à la période 1998-2000, pendant laquelle le groupe était encore dans l'ombre n'ayant encore rien sorti de vraiment probent. Pour autant cette période n'est pas balbutiante et ce disque montre que Mùm était déjà au fait d'une belle maturité annonçant ce qui allait faire leur renommée quelques années plus tard. Déjà, Mùm met en lumière son goût pour les morceaux un peu foutraque où le glitch se fond naturellement dans des éléments qui tiennent aussi bien de la pop que du rock voire du post-rock.

Cette rétrospective décontractée des premières années, et mine de rien un brin nostalgique, ne nous apprend sans doute pas grand chose si ce n'est que Mùm savait faire des morceaux avec trois fois rien. C'est le gros avantage avec l'électronique. Même avec le matériel le plus pourri, avec un peu d'imagination, on arrive toujours à en tirer quelque chose. Et c'est ce qui fait souvent la différence avec les plus laborieux. En tout cas ce disque c'est quand même un peu la fête. Des inédits, des morceaux rares et donc qui avaient quelque peu disparu de la circulation, des « oubliés » parce que laissés de côté, font largement notre bonheur. Même avec plus d'une dizaine d'années au compteur ces morceaux ont toujours autant de fraicheur et leur esprit tarabiscoté qui n'était alors mené que par la paire Smarason et Tynes dénote non pas d'un esprit non pas unique mais proprement salvateur pour l'époque. Il n'est pourtant pas question pour eux de revenir en arrière mais le souvenir que nous évoque ces quinze morceaux nous fait esquisser un large sourire.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 03-08-2012

A voir également :

http://mum.is/

?>