.:.Chronique.:.

Pochette

Experimental Audio Research

The Köner Experiment

[Space Age Recordings::1997]

Il faut avant tout savoir qu'Experimental Audio Research, E.A.R. pour les intimes, qu'avant d'être un groupe c'est aussi le projet solo de Peter Kember aka Sonic Boom. Au gré des productions, E.A.R. s'étoffera et comprendra des membres illustres. Pour cet album, E.A.R. opte pour la collaboration avec Thomas Köner (d'où le titre...) et la formation était à l'époque composée, outre Kember, de Kevin Martin (God), Eddie Prevost (AMM), Kevin Shields (My Bloody Valentine) et Andy Mellwig (Porter Ricks). Köner étant l'autre moitié de Porter Ricks, on se doute que la présence de Mellwig n'était fortuite. Quoi qu'il en soit c'est avec ce disque que j'ai découvert Experimental Audio Research alors que ces derniers avaient déjà trois autres albums à leur actif. Cependant, aujourd'hui, The Köner Experiment reste le disque de E.A.R. que j'écoute le plus et qui me semble le plus abouti.

Il n'est pas sur que mon avis soit partagé de tous mais il m'apparait comme un album essentiel à la compréhension du projet E.A.R. et qui montre que les possibilités affichés par la formation étaient énormes. En stand by depuis 2005 et auteur d'une bonne dizaine d'albums, celui qui nous occupe aujourd'hui a fort bien traversé les années. Basé autour de pulsations et de rythmes répétitifs apportés par Köner et Mellwig, la musique de ce disque n'est pas faite pour faire de l'œil aux mélodies. Celles-ci sont complètement absentes et laissent la place à des schémas qui font penser à une ambiante technoïde, froide, clinique mais pas dénuée d'une certaine poésie sonore.

Contrairement à ce que l'on pourrait penser, The Köner Experiment n'est pas un disque complètement électronique. La présence de Kevin Shield, d'Eddie Prevost et de Kevin Martin pouvait laisser deviner qu'il n'en serait rien. Et quand on est un tant soit peu attentif, on se rend compte de toutes les nuances qu'apporte ce disques autour de guitares trafiquées, du saxophone de Martin, des percussions de Prevost et même d'une flute de pan ! En somme, The Köner Experiment n'est pas un disque anodin. Passionnant de bout en bout, sobre, organique et spatial, il demeure l'une des meilleures références en la matière. C'était il y a quinze ans et c'est toujours aussi pertinent.

note : 10

par Fabien, chronique publiée le 15-07-2012

A voir également :

http://www.myspace.com/experimentalaudioresearch

?>