.:.Chronique.:.

Pochette

Sala Delle Colonne

X.X. A.D.

[Cold Meat Industry::2012]

|01 Ferin|02 Militia|03 Imperialismo Pagano|04 Terra di Thule|05 Cuore Nero|06 The Fhuntain|07 Tradizione Futurista|08 Febbriao|09 Legionario|10 Une Generazione di Eroi|11 S.D.|

Alors qu'il était plutôt connu sous le pseudo Mekhate, Mehmet R.Frugis a initié un nouveau projet sous le nom de Sala Delle Colonne et pour lequel il s'éloigne de ses considérations expérimentalo-ambient de ses débuts. Avec Sala Delle Colonne il pénètre dans le monde du Néo-Classical et du Martial-Industrial en prenant comme référence Wagner, Sibelius et Mahler. On pourra même rajouter Holst, cela ne fera pas trop de mal. Epaulé sur certains titre par l'Orchestra Aurora, Sala Delle Colonne reste dans la norme de ce qui se fait habituellement dans le genre mais, contrairement à d'autres dont le schéma artistique ne dépasse pas le stade binaire, Frugis apporte plus de nuances, créant une musique qui ne donne pas l'impression d'être tout le temps au garde à vous et qui explore des solutions diverses où le sample fait bon ménage avec les parties orchestrales. X.X. A.D, second opus de Frugis sous le nom de Sala Delle Colonne, a donc plusieurs niveau de lectures. Sombre, inévitablement sombre, ce disque n'a pas pour autant perdu l'approche ambient qui pouvait exister dans le cadre de Mekhate. Comme un vieux cliché jauni, témoin d'une époque révolue, ce disque évoque autant la menace guerrière que les affres d'une mémoire nostalgique.

Il n'y a sans doute rien de neuf dans tout cela mais contrairement à la mouvance dark folk qui n'en finit plus de pomper Death in June, celle dans laquelle officie Sala Delle Colonne a tout de même une plus grande marge de manœuvre. Et cette marge de manœuvre Furgis entend bien l'utiliser jusqu'au bout pour créer les ambiances adéquates. Ceci étant, l'approche pour un disque comme celui-ci est plus complexe qu'il n'y paraît. Car, voyez-vous il est assez tentant de voir en ce disque des affinités avec des idées d'extrême droite. Ses ambiances martiales, ses ambiances mortifères et post-apocalyptiques, ses références à Pierre Drieu-la-Rochelle peuvent faire pencher la balance pour catégoriser un peu vite Frugis comme un petit nazillon en puissance. En fait, rien n'est moins sur. Ce qui se dégage de ce disque n'est pas forcément une apologie du militarisme feldgrau. Comme on peut aborder X.X. A.D sous différents angles, il serait bon de ne pas faire de conclusions hâtives. Quoi qu'il en soit, Frugis demeure un créateur assez doué qui, dans la noirceur, sait laisser percer quelques rayons de soleils (cf. Febbraio).

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 05-07-2012

A voir également :

http://www.myspace.com/saladellecolonnecronache

?>