.:.Chronique.:.

Pochette

Ronin

Fenice

[Santeria / Audioglobe::2012]

|01 Spade|02 Benevento|03 Selce|04 Jambiya|05 Fenice|06 It Was a Very Good Year|07 Gentlemen Only|08 Nord|09 Conjure Men|

Se doter de nom de scène celui de Ronin pouvait laisser supposer à tout le moins une musique torturée et montrant les crocs. En fait avec ces italiens, il n'en sera rien. Depuis un bonne dizaine d'années, Ronin sort des albums qui n'ont rien d'aggressif et qui ne tiennent absolument pas de l'attentat sonore. La plupart du temps sur une ligne instrumentale bucolique qui oscille entre la mélancolie, le post-rock, le jazz-rock, la bande sonore qui ne sait pas choisir entre les films de Kurosawa et ceux de Leone, Ronin a sans doute de quoi élargir son horizon et de partir à l'aventure. Seulement voilà, l'aventure selon Ronin ne se vit que sur de belles autoroutes. Même si le nom de Ronin suppose l'état d'esprit d'un samouraï sans maître et sans cause on sent bien que la formation italienne développe une musique bien balisée, assez sage dans l'ensemble, pleine de clarté et qui ne cherche pas à prendre des risques inconsidérés. Fenice est un album formellement bien tournée mais qui ne nous fait pas de terribles révélations. Il s'écoute sans déplaisir, sans heurts et le plus comfortablement du monde. Fenice est un bulle d'oxygène où tout ce qui y circule est fluide, bien ordonné comme si on faisait tout pour éviter tout écart de conduite. Malgré tout ce que l'on sait de la vie d'un ronin, la formation transalpine reste des plus disciplinée. Un peu trop d'ailleurs car Ronin donne cette mauvaise impression qu'ils suivent trop sagement leurs tablatures. Pendant tout le disque cela ne nous quitte pas et cela finit par nous gêner aux entournures. Ronin ne serait-il pas capable de manifester un petit peu plus d'audace ? Alors cela arrive bien par moments mais c'est loin d'être constant. C'était bien la peine de faire un beau packaging pour, finalement, ne faire qu'un album plaisant mais qui n'est que dans la moyenne ambiante.

note : 6

par Fabien, chronique publiée le 20-06-2012

A voir également :

http://www.myspace.com/ronintheband

?>