.:.Chronique.:.

Pochette

Jester at Work

Lo-Fi, Back to Tape

[Twelve Records::2011]

|01 The Worst Cowboy|02 Sphinx|03 So Sorry|04 I'm on Fire|05 Not Far From Here|06 A Brand New Motorbike|07 Resurrection|08 Bogs Bubble|09 Invisible Man|10 Right Words|11 Radioslave Parade '76|

Antonio Vitale l'annonce d'emblée. Son approche musicale sera lo-fi ou ne sera pas. Les moyens, chez lui, sont donc à minima et il ne saurait en être autrement. Armé d'une seule guitare sèche à laquelle viennent se coller parcimonieusement quelques intruments (piano, violoncelle, une basse discrète, un harmonica...), Vitale se garde d'en faire trop pour garder un maximum de sincérité. D'ailleurs tout est fait pour que seules la guitare et la voix de Vitale soient les seuls éléments mis en avant. Œuvrant dans ce qu'on appelle l'alt-country, l'italien use de sa voix grave pour passer pour un vieux routard, le genre de chanteur à la peau burinée à qui on ne la fait pas et qui, comme les Calvin Russel et consort, sait ce qu'est la dureté de la vie. En ce sens, Lo-Fi, Back to Tape est un album plutôt réussi, allant au plus profond des choses, contenant des chansons savament bien tourné, faisant attention de ne pas être trop roots pour ne pas tomber dans la caricature. Jester at Work a trouvé là un bien bel équilibre qui, au contraire de pas mal d'autres musiciens qui sont sur le même registre, ne se regarde pas le nombril. Bien au contraire, si il y a bien quelques relents nostalgique il y a aussi une certaine joie de vivre, un regard attendri sur ce qu'il l'entoure. Lo-Fi, Back to Tape, pour faire simple, est un disque rayonnant aux couleurs bucoliques qui se déguste dans n'importe quel endroit à l'exception d'espaces clos et étouffant. Parce que oui, la musique de Jester at Work respire le grand air et c'est même sa raison d'exister.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 14-05-2012

A voir également :

http://www.twelverecords.it/

?>