.:.Chronique.:.

Pochette

Wainwright, Rufus

Want One

[Dreamworks::2003]

|01 Oh What A World|02 I Don't Know What It Is|03 Vicious World|04 Movies On Myself|05 Pretty Things|06 Go Or Go Ahead|07 Vibrate|08 14th Street |09 Natasha|10 Harvester Of Hearts|11 Beautiful Child|12 Want|13 11:11|14 Dinner At Eight|

Comment avons-nous pu ? Oui comment ? Etre passé à côté de Rufus Wainwright. Pauvres petits étrons français que nous sommes. Ce type n’a certainement pas la célébrité qu’il mérite. Un nom ne suffit parfois pas et R.Wainwright en fait l’amer expérience en notre beau pays. Pourtant les éloges n’ont jamais arrêtés de fuser à son encontre. Mais là aussi cela ne suffit pas toujours. Serions nous devenus sourds ? Serions nous devenus des veaux bêlant qui s’extasient devant le premier crétin qui apprend deux pas de danse et trois notes (pas toujours bonnes) dans un château pendant un mois ? Dès fois c’est franchement à se demander. Finalement c’est comme dans le sport, ce n’est pas toujours le meilleur qui gagne. Et cela est encore plus vrai dans la musique. Difficile donc d’émerger la tête de l’eau. Et c’est sans doute pour ça que des artistes comme R.Wainwright passent inaperçus ou ne connaissent qu’un succès d’estime. En ces jours où l’on tente de banaliser des choses aussi dangereuses que le racisme ou le révisionnisme historique on peut bien banaliser la médiocrité. C’est facile à dire mais on a les artistes qu’on mérite.

Mais revenons en a notre sujet initial. « Want One » est un album lumineux qui feraient pâlir de honte pas mal d’auteurs – compositeurs de notre terroir national. Disque intelligent et parfaitement maîtrisé, R.Wainwright pioche allègrement son inspiration dans des styles aussi divers que la pop, la soul, le jazz et on le soupçonne même d’avoir des penchants coupables envers la variétoche. Tantôt lyrique, tantôt plus suave, R.Wainwright sait varier les plaisirs. Ce qui étonne le plus c’est que le personnage semble avoir pris de l’assurance et avoir laissé sa vrai-fausse fragilité, si présente sur ses précédents albums, au vestiaire. Un album entier qui ne manque pas de charme et dont le côté chaleureux vous imprègne totalement pour vous laisser dans un état presque second devant tant de justesse. Bref notre ami s’affirme de plus en plus et on en redemande. Que certains en prenne de la graine.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 16-10-2003

A voir également :

http://www.rufuswainwright.com

http://www.dreamworksrecords.com

.:.L'avis des autres rédacteurs.:.

Thomas F. : avis du rédacteur
popop : avis du rédacteur
Claire : avis du rédacteur

?>