.:.Chronique.:.

Pochette

Golden Disko Ship

Prehistoric Ghost Party

[Klangbad::2012]

|01 Skiing Down a Hill of Dead Fishies|02 My Exgirlfriends New Boyfriend|03 Swimming Pool|04 Girl As a Slower Ghostship|05 Today to Night|06 Waldemar|07 4 Red Dots of Light!|08 Booking a Plane|09 Reindeer Playing in the Streets Like Me|10 Replaceable Parts of Irreplaceable You|11 Electrocuting an Elephenat|12 Aphex With No Skills|

Le plaisir que l'on à retrouver Theresa Stroetges n'est pas mince. Depuis le split qu'elle avait réalisé avec Jasmina Maschina pour le compte du label Monika Enterprise, on attendait vraiment que la jeune femme donne de ses nouvelles. C'est désormais chose faite avec Prehistoric Ghost Party, premier album aussi foutraque que ce l'on pouvait attendre d'elle. Son univers sonore est toujours ce bric à brac mélant électroniques, samples, objets divers, guitare, toy instruments et voix bancale. Et encore, il semble bien que sa musique schizophrénique ait été poussé encore plus avant. A vrai dire ses expériences sont pour le moins destabilisantes car Theresa Stroetges n'est pas de celles qui aiment les mouvements perpétuels. Ainsi, il est hors de questions de refaire à chaque fois la même chanson, d'utiliser les mêmes « instruments », d'être toujours sur la même déclinaison. Le principe opéré par Golden Disko Ship est vraiment dans cette volonté DIY de se réinventer à chaque morceau. N'hésitant pas à mélanger les formes les plus abruptes ou abstraites à des lignes mélodiques délicates, Stroetges dégage une certaine sérénité. Une sérénité toute relative et fragile soit dit en passant. En effet, Golden Disko Ship est sur le fil du rasoir, en équilibre précaire, prête à basculer. Il s'en faudrait de peu. Et pourtant Prehistoric Ghost Party tient debout, offrant une musique mutante et irréelle qui vient manifestement de très loin. Plus loin en tout cas que ce qu'elle nous avait présenté sur le split avec Jasmina Maschina. Plus qu'une curiosité, ce disque n'est pas si facile que ça à apprivoiser et ce n'est clairement pas le genre de disque que l'on écoute tous les jours. Cependant, il y a bien quelque chose dans le monde de Golden Disko Ship. Ce quelque chose ne se rapporte à rien de commun et préfère les représentations déformantes plutôt que les images trop lisses. Il faudra s'y habituer et, à priori, ce n'est pas prêt de s'arranger et ce pour notre plus grand bonheur. Enfin, pour les esprits curieux en tout cas.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 02-05-2012

A voir également :

http://www.goldendiskoship.com/info.html

http://soundcloud.com/golden-disko-ship

?>