.:.Chronique.:.

Pochette

Gibson, Laura

La Grande

[City Slang::2012]

|01 La Grande|02 Milk-Heavy, Pollen Eyed|03 Lion/Lamb|04 Skin, Warming Skin|05 The Rushing Dark|06 Red Moon|07 Crow/Swallow|08 The Fire|09 Time Is Not|10 Feather Lungs|

De ces chanteuses folk qui sont apparues ces dernières années, Laura Gibson n'est sans doute pas celle qui s'est le plus imposé dans l'inconscient collectif, laissant la lumière des projecteurs à la concurrence. Serait-elle moins douée ? Bien sur que non. Si le talent était le seul critère pour avoir accès à la célébrité et à des ventes de disques monstrueuses ça se saurait et les Victoires de la musique n'auraient pas cette tronche. Laura Gibson est juste plus discrète et ses albums précédents (Beasts of Seasons, If You Come to Greet Me, Bridge Carols en collaboration avec Ethan Rose) ont démontré que la jeune femme méritait toute notre considération. Une considération qui n'est pas prète de s'en aller avec ce nouvel album qui, même s'il n'est pas son meilleur à ce jour, est tout de même l'illustration d'une artiste qui a les épaules assez larges. La Grande a une force de persuasion qui ne se dément jamais. On peut toutefois trouver la forme assez basique mais Laura Gibson montre à quel point ses talents de song-writers n'ont pas été usurpé. Et l'expérience aidant on voit une Laura Gibson avec une saine assurance et qui joue sur ce qu'elle sait faire de mieux. Bien sur, elle ne prend pas de risques inconsidérés ici. Elle est dans cette mouvance d'un folk chatoyant, moderne et qui n'en finit plus de renaitre. Pas grand chose de bien neuf en somme mais c'est quand même terriblement bien fait.

Ainsi, Laura Gibson n'aura de leçons à recevoir de personne. Elle suit son chemin, sereinement, en pleine lumière. Globalement, on ne peut pas être indifférent à un disque comme celui-ci si on s'intéresse aux nouvelles générations de folkeux. Un label comme City Slang ne s'y est pas vraiment trompé. Après avoir été une pensionnaire du label Souterrain Transmissions (qui nous aura fait, et qui continue, connaître du beau monde), Laura Gibson prend une nouvelle stature avec City Slang, prouvant qu'elle est tout de même prise au sérieux. Et c'est amplement justifié. La Grande est l'un de ces albums aux intonations intemporelles et sensibles qui font que la jeune femme est résolument dans le vrai. Ajoutez à cela une production aux petits oignons et vous constaterez que vous aurez en Laura Gibson l'une des meilleures représentantes de la folk actuelle. Mais cela, on le savait déjà. Pour autant, cela ne fait pas de mal de le rappeler.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 06-04-2012

A voir également :

http://www.lauragibsonmusic.com/

?>