.:.Chronique.:.

Pochette

Phantogram

Nightlife

[Barsuk::2012]

|01 16 Years|02 Don't Move|03 Turning Into Stone|04 Make a Fist|05 Nightlife|06 A Dark Tunnel|07 Don't Move (Radio Edit)|

Après un premier album convaincant (Eyelid Movies) et une série de ep qui ne le sont pas moins, Phantogram continue son œuvre de séduction avec Nightlife. Le duo américain est dans son rythme de croisière et nous propose six nouveaux morceaux de pop électronique au charme évident. Sarah D.Bartel se veut plus langoureuse que jamais et on a l'impression qu'au fil des réalisations Phantogram affine ses compositions. Sans être des foudres de guerre quant à la complexité des mélodies, il faut quand même avouer que le groupe reste rudement efficace, allant à l'essentiel et ne se gargarise pas dans des formules ronflantes. Phantogram n'a sans doute pas le gabarit pour jouer dans des stades mais leur pop savoureuse et suave peut parfaitement convenir à toute personne intéressé à toute pop moderne qui ne se complait pas dans le vulgaire. En tout cas, Phantogram place ses pions et est en passe de réussir son coup. Nightlife montre que Sarah Bartel et Joshua Carter ne sont pas là par hasard. En fait, sur ce nouvel ep, il n'y a sans doute pas grand chose à dire. Les morceaux sont tous aussi bons les uns que les autres, qu'on assimile vite et bien et dont il n'est pas difficile de les trouver du meilleur goût. C'est le genre de groupe dont on peut avoir un petit faible sans qu'on puisse en expliquer la raison. Ca vient comme ça, sans coup férir, sans prévenir. Et pourtant c'était loin d'être gagné d'avance. Des groupes de pop synthétique ce n'est pas vraiment ce qui manque. La différence se joue sur pas grand chose finalement. Mais ce « pas grand chose » est en faveur de Phantogram.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 29-03-2012

A voir également :

http://www.myspace.com/phantogram

?>