.:.Chronique.:.

Pochette

Misophone

Songs From an Attic

[Another Record::2011]

|01 Good Morning Sun|02 Swan's Road|03 Tides and Sighs|04 The End of a Love Affair|05 Blackbird on a Gravestone|06 What the Water Gave to Me|07 The Closest I've Ever Got to Love|08 Time Is a Bully We All Pretend to Love|09 Castles in the Sand|10 Last Night|11 Backgarden Bastards|12 Barnaby Flower|13 I Am a Mountain Dog|14 From Beyond the Bridge|15 The Untold Joke|16 Rock Scissor Stone|17 Everything Has Changed|18 Song From an Attic|

C'est fou ce qu'on peut faire quand on est que deux. S.Herbert et M.A.Welsh aiment utiliser moults instruments. Enfin, surtout Herbert. Sur les dix-huit morceaux que compte ce nouvel opus, ils sont bien aidés quelques fois avec la voix d'Aubben Renée et le trombone d'Alone With King Kong mais, globalement, c'est bien le duo qui s'occupe de tout. On ne va pas faire l'inventaire de tous les instruments utilisés mais on imagine très bien que chez eux doit ressembler fortement à un petit musée de la musique. Au-delà de cela, que dire de Misophone ? Pour faire facile, on pourrait dire que c'est un groupe de folk de plus. De toutes façons le fond de leur musique tourne bien autour de ça. Pour autant, il y a quelque chose de plus chez eux. Ce n'est pas grand chose en même temps mais c'est suffisant pour que cela soit signalé. En fait, la folk de Misophone n'est jamais uniforme. Elle peut prendre des formes cinématopgraphiques, nostalgiques, mécaniques, modernes, vieillotes, évocant parfois Kurt Weil ou apparaître sous le plus simple appareil. Au début ce n'est pas toujours très clair mais, au fur et à mesure, on parvient à déchiffrer l'univers du duo. Enfin, on le croit. En effet, Songs From an Attic est une succession de cartes postales d'un autre siècle ou de différentes époques. On traverse ainsi les âges en rencontrant des personnages pittoresques tous aussi différents les uns que les autres. D'une manière assez débonnaire, Misophone nous offres ses ballades cabossées aussi naïves que cruelles qui renvoient à un imaginaire fantasmagorique pouvant faire penser à un état proche du délirum tremens. Visiblement, Misophone a une idée un peu passéiste de la musique même s'ils utilisent par moment des traitements électroniques mais ce n'est jamais sans une bonne dose de poésie. L'univers de Misophone est pour le moins iconoclaste et ce disque essaye de se forger une sorte d'échappatoir à tous les lieux communs de la folk moderne. Ils réussissent parfois, mais pas toujours. En tout cas, l'effort est louable et Songs From an Attic mérite un peu mieux que d'être catalogué comme une bête curieuse.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 14-03-2012

A voir également :

http://www.myspace.com/misophone

?>