.:.Chronique.:.

Pochette

Peaking Lights

936

[Weird World::2011]

|01 Synthy|02 All the Suns That Shines|03 Amazing and Wonderful|04 Birds of Paradise Dub Version|05 Hey Sparrow|06 Tiger Eyes (Laid Bach)|07 Marshmellow Yellow|08 Summertime|

Mine de rien et avec pas grand chose sous la main le duo à la ville comme sur scène composé de Indra Dunis et de Aaron Coyes vient de sortir un album fort séduisant. En soi, ce n'est pas spécialement une surprise car pour qui a déjà écouté leur précédent disque, Imaginary Falcons, il n'y avait pas vraiment de doute quant à ce qui allait y avoir sur 936. On y retrouve ce psychédélisme poisseux et cheap, ces lignes dub décontractées, ce chant neutre, éthéré et détaché, ces évocations cold wave à la 4AD, ce son jamais trop clair mais qui laisse passer une lumière apaisante et chaleureuse. Enfin, quand je dis qu'ils n'ont pas grand chose sous la main ce n'est pas tout à fait vrai. Peaking Lights est équipé plus qu'on ne le croit. Aaron Coyes est un roi de la débrouille, récupérant des composants à droite à gauche afin de bricoler des circuits électroniques capables de lui fournir les sons qu'il désire. A ce niveau, Peaking Lights n'a pas besoin d'un matériel dernier cri, le duo, enfin surtout Aaron Coyes, se le fabrique lui même. Le résultat est pour le moins assez épatant. Le couple prend juste de ses instruments le strict nécessaire et l'applique à des mélodies, elles aussi, assez minimales. Mais c'est la combinaison de tout cela qui forme une musique pleine de nuances qu'on appelle un peu pompeusement néo-psychédélisme. Il faut bien donner un nom à toutes ces musiques hybrides. Cependant, il est fort probable que ce soit le dernier des soucis de Peaking Lights qui, disque après disque, se forge une solide réputation. 936 est pour le moins un album irréprochable, tout comme ceux qui sont venus avant lui. Mais ce qui est rassurant, c'est que depuis ses débuts, Peaking Lights se montre de plus en plus convaincant repoussant les critiques qui prédisaient un essoufflement rapide. Si essoufflement il peut y avoir ce ne sera pas avec 936, visiblement. On remet cette éventualité aux calendes grecques.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 07-03-2012

A voir également :

http://peakinglights.com/

?>