.:.Chronique.:.

Pochette

Zoft

Electrically Haunted

[Humpty Dumpty::2011]

|01 Exit|02 L'homme machine|03 Coil|04 Shramana|05 Mike Tapping|06 Mr Goodpain|07 Marque blanche|08 ..........|09 Hokkaido|10 Q.I. cuit|11 Tu t'énerves pas (Vitas Guerulaïtis cover/remix)|

Math-rock ? Rock in Opposition ? Post-hardcore ? Mon cœur balance. Le duo bruxellois Zoft a sans doute un peu de tout ça dans sa besace. Hautement agressif et corrosif ce premier album montre une fois de plus que les formations resserées sont souvent les plus percutantes. Cependant, c'est bien beau de faire du rentre dedans mais ça ne vous rend pas crédible pour autant. Heureusement pour tout le monde, Zoft n'est pas né de la dernière pluie et son approche foutraque, ponctuée par des répétitions entêtantes et psychopathes mélées à des dissonances hallucinées laissent à penser que le duo tente de se mettre hors catégorie. Proche de Vitas Guerulaitis(qui ont d'ailleurs remixé le dernier morceau de ce disque) et partageant le même label que K-Branding on parvient à comprendre sur quel planête vit Zoft. Et cette planête n'est pas ronde, c'est un cube. Hautement angulaire, la musique de Zoft ne se pose manifestement pas de questions donnant l'impression d'un cheval fou qui ne pourrait plus s'arrêter. Il y a bien des moments où le groupe lève le pieds mais cela ne dure jamais trop longtemps.

Alors oui, Zoft sont des tordus. Mais dans le bon sens de terme car Electrically Haunted est comme on les aime : tendu, menaçant, à prendre au quinzième degré et, en même temps, complètement transcendant. Les belges ne font pas semblant, ils ne tentent pas non plus de faire « à la manière de ». Ils agissent juste à l'instinct, le couteau entre les dents, comme beaucoup de formations qui se plongent la tête la première dans ce genre d'exercice. La seule et unique difficulté c'est de garder une certaine cohérence sans donner l'impression que tout cela est bien sérieux. A ce petit jeu là, Zoft est parfaitement dans les clous. Electrically Haunted n'a donc pas grand chose à se reprocher si ce n'est son côté abrupt. Mais c'est le jeu qui veut ça. On comprendrait assez mal que Zoft se mette tout à coup à faire une musique mollassonne et complaisante. Ce ne serait pas vraiment dans l'esprit. De là à dire qu'ils ne font que suivre un mouvement est sans doute un peu vrai. Pour autant, tant que c'est fait dans les rêgles de l'art et qu'ils adoptent l'intensité adéquate, il serait incongru de leur jeter la pierre.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 01-03-2012

A voir également :

http://www.zoft.be/

?>