.:.Chronique.:.

Pochette

Phosphene

L'essentiel est invisible

[La Plage Sonore / La Buissonne::2011]

Phosphene est un groupe-concept, disons-le clairement pour éviter tout malentendu. On y retrouve des thèmes assez fédérateurs comme l'humanité, la spiritualité, diverses considérations philosophique sans être vraiment exhaustif. Cela peut paraître un peu confus, un conglomérat de centre d'intérêts qui n'ont pas forcément de points communs entre eux. Enfin, c'est ce que l'on croit. C'est, en tout cas, des questions existentielles que l'on se pose forcément à un moment ou un autre de sa vie. Après, il était à la charge de Phosphene de créer des liens entre tout ça, de créer une musique et une trame suffisament limpide pour qu'on puisse y trouver une certaine logique. De forte obédience post-rock où viennent se glisser des évocations sonores à la Portishead ou à la Jarboe, Phosphene a entrepris ici un disque prenant sur des sujets pour le moins casse-gueules. Qu'il essaye de passer avec force ou avec plus de subtilité, le groupe parvient à ses fins, se montrant, malgré un très fort pathos qui aurait pu être caricatural, assez mouvant, ne donnant jamais l'impression qu'ils pourraient rester sur des formules simples et courtes répétées à l'envie. Non, Phosphene construit patiemment et savament son propos. Peut-être trop sérieusement d'ailleurs. En effet, à force de s'impliquer intensément Phosphene prend le risque d'alourdir l'ensemble. C'est assez paradoxal. Alors qu'on reproche à d'autres de ne pas en faire assez, on en viendrait presque à conseiller à Phosphene de freiner ses ardeurs pour ne pas être dans le futur une formation boursouflée d'orgueil comme ont pu l'être n'importe quel groupe de rock ou de prog qui se sont pris trop au sérieux, bouffés par leur mégalomanie. Phosphene n'en est certes pas au stade de la mégalomanie, enfin, pas encore (on ne leur souhaite pas ceci dit) et L'essentiel est invisible reste malgré tout un album dont la matière est fait d'un marbre inaltérable. Ils ont su garder cet équilibre sans tomber du mauvais côté de la barrière. Alors oui, l'essentiel est invisible, il s'entend.


Phosphene - L'essentiel est invisible (Extrait 2) par eriklorre

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 23-01-2012

A voir également :

http://www.phosphene.fr/

?>