.:.Chronique.:.

Pochette

Dead Skeletons

Dead Magick

[A Records::2011]

|01 Dead Mantra|02 Om Mani Peme Hung|03 Kingdom of God|04 Psychodead|05 Get on the Train|06 Dead Magick I|07 Ask Seek Knock|08 Ljosberinn|09 Lifdu ! / Live !|10 When the Sun Comes Up|11 Yama |12 Dead Magick II|

Des bizarreries on en écoute tous les jours et celle qui nous est proposé par Dead Skeletons, combo de Reykjavik, en est une qui ne manque pas de sel. Si on devait imager la musique de ce premier album, sachez qu'il se trouverait entre le shoegaze, le psyché et le krautrock et avec de nettes références à Suicide et au Residents. Dis comme cela, ce n'est pas une mince affaire. Et pourtant Dead Magick parvient à tirer quelque chose de cohérent de tout ce magma d'influences. C'est même plus que cohérent puisque Dead Magick est un disque sacrément bon qui nous rappelle que tout peut se recycler à merveille si tant est qu'on s'en donne les moyens. Visiblement, Dead Skeletons se les ont donné et on assiste à une leçon de maitrise mais qui laisse une part à ce genre de dérive psychotrope sans quoi ce disque n'aurait aucune saveur particulière. Dead Magick est pour le moins un disque de genre mais depuis la disparition des Cramps (r.i.p. Lux Interior), Dead Skeletons est sans doute le groupe le plus séduisant qui gravite autour d'un psyché-punk-rock mutant que trop longtemps on aura traité comme un genre mineur.

De toute façon la carrière de groupes comme Suicide ou des Cramps n'a jamais été idyllique et a parfois suscité la méfiance pour ne pas dire l'hostilité. A l'évidence, les Dead Skeletons ne convaincront pas les adeptes d'un rock trop propre ou trop conventionnel. Les groupes comme celui-ci ne sont pas fait pour les conservateurs pour qui il existerait un musicalement correct d'un côté et de l'autre des genres batardisés conçus et aimés que par des désaxés. Manque de pot, ces derniers passent aussi à la postérité et fondent l'essence même du rock par leur volonté de ne pas suivre les rêgles. Même si Dead Skeletons n'est pas la formation la plus extrémiste, elle démontre une capacité de nuisance qui tend à un raffinement quasi malsain. Le rock c'est aussi cela, une part de malsain qui l'oblige à rester une musique inhabituelle (bien qu'on tente de la faire rentrer dans les mœurs en l'adoucissant). Et force est de constater que Dead Skeletons est un groupe inhabituel. Pour combien de temps ? C'est le genre de choses qui ne sont pas écrites et il serait hasardeux de vouloir prédire leur avenir. On s'en fout en fait, seul compte l'instant présent et Dead Magick remplit entièrement son office. Quelqu'un pour contredire ?

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 17-12-2011

A voir également :

http://www.myspace.com/dodenspiegel

http://deadskeletons.com/home.html

?>