.:.Chronique.:.

Pochette

Dome

1-4+5

[Editions Mego::2011]

C'est aussi Noël ches Editions Mego. Et cette année, le label autrichien d'une pièce luxueuse qu'il paraît difficile de ne pas acquérir si on a un tant soit peu les moyens. Pour cent euro vous pourrez obtenir ce magnifique boxset vinyle qui comprend toute la discographie de Dome, entité bicéphale composé de Graham Lewis et Bruce Gilbert, membres de Wire (qui a toujours bon pieds, bon œil soit dit en passant), qui a sévit au tout début des années 80 avec une série de quatre albums devenus quasiment aussi mythique que la première trilogie de Wire. Un cinquième album, Yclept, est venu se greffer quelques années plus tard à ce parcours impeccable. Le tout a été remastérisé par Russel Haswell qui a fait un travail tout à fait admirable. 1-4+5 est un document unique car il va sans dire que les disques de Dome, mis à part des compilations, étaient difficilement trouvables ces derniers temps. Un peu plus de trente ans après les premières expérimentations du duo, les œuvres de Dome reprennent la place qu'elles n'auraient jamais du perdre. Certes, elles ne s'adresseront autant aux initiés qu'aux fans ultra de Wire mais elles devront aussi toucher les plus jeunes générations avides de sonorités transversales.

Il serait sans doute fastidieux de décortiquer chacun des cinq albums et on finirait par se perdre à un moment ou un autre. Ce qu'il faut savoir c'est que Dome est fatalement un prolongement du Wire des débuts et qu'il préfigure le Wire seconde période. Pour autant, Dome n'a plus rien de punk, ou si peu, mais s'oriente plus vers l'expérimental, la minimal wave, une musique plus froide et géométrique qui fait se rencontrer la no wave, le post-punk, l'ambient et l'industriel. En même temps, il est tellement difficile de définir le style de Dome tant il fut un groupe un peu à part à l'identité forte et dont les figures orchestrales ne pouvaient que leur être attribué. Tout comme Wire, Dome c'était un son unique, une esthétique sobre, lancinante, clinique et minimaliste qui est terriblement efficace. On conçoit d'ailleurs assez mal que Dome n'ait pas influencé les générations qui les ont succédé. Certains peuplent aujourd'hui des labels comme Cold Meat Industry, Cyclic Law, Trisol pour ne citer que les plus connus. Dome est ainsi un maillon essentiel de la chaine pour ne pas dire indispensable. Avec Duet Emmo, leur autre projet avec Daniel Miller (patron de Mute au demeurant), Bruce Gilbert et Graham Lewis ont montré et prouvé que les années 80 n'allaient pas forcément être une période chaleureuse mais qu'elle ne serait pas moins créative.

En un mot comme en cent, voilà une initiative qui vaut le coup de casser sa tirelire au point même d'investir dans une platine vinyle si ce n'était déjà fait. 1-4+5 retrace une histoire singulière de la musique anglo-saxonne qui, encore aujourd'hui, n'a pas d'équivalent.

note : 10

par Fabien, chronique publiée le 09-12-2011

A voir également :

http://editionsmego.com/

?>