.:.Chronique.:.

Pochette

Perri, Sandro

Impossible Spaces

[Constellation::2011]

|01 Changes|02 Love & Light|03 How Will I ?|04 Futureactive Kid (I & II)|05 Wolfman|06 Impossible Spaces|

Egalement connu sous le nom de Polmo Polpo, Sandro Perri est aussi parti prenante dans pas mal d'autres projets dont les deux qui nous sont les plus connus sont Barzin et Great Lake Swimmers mais il y a aussi Glissandro 70, Double Suicide, Dot Wiggin, Continious Dick et Detective Kalita. Il y a de quoi s'y perdre. Mais là n'est pas vraiment le sujet. Je ne connais pas spécialement tout ce qu'il pu faire sous différents noms mais il n'y a pas besoin d'être grand clerc pour comprendre que chacun de ses projets est à prendre à part des autres. En l'occurence, on se contentera simplement de rester sur le cas Sandro Perri en évitant de faire des parallèles scabreux avec ce qu'il a pu faire ailleurs. Car si on prend, par exemple, le cas de Polmo Polpo, cela n'a pas grand chose à voir avec Impossible Spaces si ce n'est, pour ce dernier, l'utilisation de l'électronique. Et c'est sans doute le seul lien qui puisse exister. En effet, Sandro Perri, pour ce disque est dans un song-writing clair, très relaxé, à la légèreté presque naïve. En fait, le canadien agit ici comme un dandy qui distille un pop décontractée qui s'amourache d'électronique hybride et spatiale. Sandro Perri déambule ainsi, comme un observateur averti mais aussi très détaché. Tout peut s'écrouler autour de lui, il continuera son chemin, protégé dans sa bulle dans une ambiance très 70's et cosy.

On traverse donc ce disque sans turbulences mais avec ce sentiment que cette apparente décontraction ne masque pas les élans alambiqués de Sandro Perri. En effet, les structures de chaque morceau ne se lisent pas qu'en surface. Sous une apparente facilité vagabonde, notre homme cache des ossatures plus complexes, qui savent voyager et qui ne regardent pas que dans une seule direction. Impossible Spaces est un disque piège. Et c'est bien pour cela qu'il s'appelle ainsi. Il faut déceler ici tout ce que sont ces « espaces impossibles » et ne pas se laisser avoir cet esprit trop cool de ce disque. Bon, malgré tout, Impossible Spaces reste un album cool mais plus complexe qu'il n'y paraît et moins simpliste qu'on ne l'aurait cru. Sandro Perri brouille les pistes mais pour notre plus grand plaisir, sans brusquer quiconque et se dirigeant, quels que soient les chemins pris, vers un soleil des plus chaleureux. Impossible Spaces est sans doute un disque à contre courant, un peu inhabituel vu les temps qui courent mais il est encore d'être bousculé en douceur dans nos certitudes.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 07-11-2011

A voir également :

http://www.sandroperri.com/

?>