.:.Chronique.:.

Pochette

Dillon

The Silence Kills

[B-Pitch Control::2011]

|01 The Silence Kills|02 Tip Tapping|03 Thirteen Thirtyfive|04 Your Flesh Against Mine|05 You Are My Winter|06 The Undying Need To Scream|07 ___________________|08 From One To Six Hundred Kilometers|09 Hey Beau|10 Texture Of My Blood|11 Gumache|12 Abrupt Quality|

Une voix presque enfantine et fragile, des mélodies douces amères, un environnement post-moderne fait d'électronique et de piano, voilà l'univers proposé par Dominique Dillon de Byington alias Dillon. La nouvelle égérie du label B-Pitch Control pourrait bien créer la surprise dans les prochains mois. Mais attention à ne pas en faire trop. Même si cette jeune femme de 21 ans a créé un monde bien à elle avec The Silence Kills, son tout premier album, elle en est encore au stade des belles promesses. On sait, par expérience, que ce n'est pas toujours suffisant. Pour le moment, Dillon reste une créature étonnante qui sous couvert de fragilité c'est bien de la chaleur qui se dégage de ce premier opus. Dillon n'est pas dans le romantisme à deux balles et on le comprend assez vite. Elle s'en dégage avec une certaine grâce et une fausse naïveté qui lui confère à la fois de la légèreté et une belle liberté de mouvement. Cependant, parce qu'il y a toujours un « cependant », la belle jeune femme n'est pas toujours régulière et The Silence Kills connait des hauts et des bas sans ce que cela soit défintivement catastrophique. Dillon se perd parfois en voulant aller trop loin dans le pathos et perd de vue ce qui devrait être essentiel. A contrario, l'essentiel, elle arrive à le trouver et se l'accapare comme une pieuvre, lachant difficilement sa proie. C'est pour cela que l'on peut croire en la bonne étoile de Dillon. Elle brille mais n'est pas encore arrivée à son firmament. The Silence Kills ouvre la voie, explore plusieurs pistes, cherche encore une certaine stabilité, touche parfois à la perfection mais, aussi, manque par moments le coche. The Silence Kills n'est pas pour autant un rendez-vous manqué et ne saurait être considéré comme un échec. Ce disque laisse de bons espoirs et nous présente une personnalité à fleur de peau qui, à l'instar d'une Fever Ray ou d'une Zola Jesus, saura s'imposer au fil du temps.

note : 7

par Fabien, chronique publiée le 05-10-2011

A voir également :

http://www.myspace.com/ladybirdd

?>