.:.Chronique.:.

Pochette

Sol Invictus

The Cruellest Month

[Prophecy / Auerbach::2011]

|01 Raining In April|02 To Kill All Kings|03 The Sailor's Aria|04 Fools Ship|05 Toys|06 Edward|07 The Bad Luck Bird|08 April Rain|09 Cruel Lincoln|10 Something's Coming|11 Stella Maris|12 The Cruelest Month|13 The Blackleg Miner|

Certes, le dernier album de Sol Invictus (The Devil's Steed) dâte d'il y a à peu près six ans. Pour autant, sa tête pensante, Tony Wakeford n'était pas sans activité. Entre ses occupations pour son propre label (Tursa), il avait eu le temps de sortir des disques sous son propre nom (Into the Woods en 2007 puis Not All of Me Will Die en 2009 et, enfin Oddities qui est sorti cet été). Cela laissait peu de place à Sol Invictus mais le miracle a bien eu lieu. De Crisis à aujourd'hui, en passant par Death In June, Current 93 et en croisant la route de gens comme Boyd Rice, Steve Stapleton (Nurse With Wound) ou Tor Lundvall, il est indéniable que Tony Wakeford est une figure incontournable du mouvement néo-folk, ce que d'autres appellent l'apocalyptic-folk, enfant de la scène industrielle et qui a fait couler beaucoup d'encre. On ne va pas revenir sur les polémiques qui ont obligé Wakeford à se justifier. On peut considérer que la page est désormais tournée. Elle l'était pour lui depuis fort longtemps mais il s'en est toujours trouvé pour dire qu'il est et représente une idéologie fasciste. Cela n'a plus d'importance aujourd'hui. Wakeford a mis les choses au clair et remettre sur le devant une époque de sa propre jeunesse qu'il a lui même renié n'a plus aucun sens. Ce qui compte désormais c'est sa musique et elle seule.

The Cruellest Month est donc le dix-septième album de Sol Invictus. Il n'est peut-être pas le plus important ou le plus marquant mais après six ans de silence Sol Invictus avait sans doute à cœur d'être fidèle à sa réputation. Treize nouveaux morceaux placés sous le signe d'un paganisme apocalyptique, richement orchestrés qui montrent que le groupe, avec Death In June, reste l'une des pièces maitresse du dark-folk. Pour autant, la chose n'était pas du tout évidente au début. Cela tenait sans doute au fait que cela faisait longtemps que je n'avais pas écouté un album de Sol Invictus. Pour se remettre dedans il a bien fallu ressortir les anciennetés. De Against the Modern World en passant par The Killing Tide, In the Rain, Lex Talionis ou The Hill of Crosses, j'ai pu reprendre le fil de l'évolution de la formation britannique. The Cruellest Month n'apportera pas globalement de grosses nouveautés à l'univers de Sol Invictus. Pour autant ce disque reste d'une grande tenue. On aurait mal compris que Tony Wakeford se soit engagé dans une nouvelle aventure avec des morceaux secondaires. Au-delà du songwriting, Sol Invictus n'est plus vraiment la seule chose de Wakeford. Là où ce dernier prenait la première place, il partage désormais volontiers les premiers rôles, l'intérêt du groupe ne se reposant plus sur sa simple présence et sa voix si emblématique. Ce nouvel opus est donc un bonne livraison et Sol Invictus tient son rang comme il se doit. Solaire et sombre à la fois.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 16-08-2011

A voir également :

http://www.facebook.com/#!/solinvictus.official

http://www.myspace.com/solinvictushq

?>