.:.Chronique.:.

Pochette

When Saints Go Machine

Konkylie

[!K7::2011]

|01 Konkylie|02 Church and Law|03 Parix|04 Chestnut|05 The Same Scissors|06 Jets|07 Kelly|08 On the Move|09 Whoever Made You Stand So Still|10 Add Ends|

Des groupes électropop organique il y en a eu plein. Trop même. Au point qu'on avait un peu l'impression d'entendre toujours le même groupe pour se dire, finalement, qu'il était temps d'écouter autre chose. On s'en va donc vers des horizons nouveaux avant qu'il ne soit trop tard. Mais comme rien n'est jamais définitif on a toujours quelques rechutes. Et cette rechute s'appelle When Saints Go Machine. Quatre danois qui ont banni le mot guitare de leur vocabulaire et se retrouvent autour de synthétiseurs, d'une batterie et d'un chanteur à la voix claire. D'ailleurs tout chez eux est marqué par une certaine forme de clarté où des mélodies aérées prennent une place primordiale. C'est toujours un peu comme ça, rien de surprenant dans le fonds. Enfin si, en fait. Le nom du groupe n'a sans doute pas été choisi au hasard. Il colle parfaitement à leur musique. Il y a un côté céleste chez eux et leur humeur aérienne s'amourache volontiers des machines. Un amour sans doute raisonné, étudié mais qui ne perd rien de sa hauteur de vue. Pour autant, When Saints Go Machine ne se démarque pas vraiment d'une vague nordique dont la figure de proue a sans doute été The Knife. Mais à partir du moment où tout cela est fort bien exécuté et que When Saints Go Machine n'ait rien à se reprocher que pourrait-on dire de plus ? Parce que oui, dans l'absolu, Konkylie est un album irréprochable qui remet la chose synthétique au centre des débats. Il émane de ce disque cette sérénité qui fait qu'on sait à l'avance que rien ne pourra leur arriver. Ajoutez à cela un savoir faire dans les arrangements qui place ce quatuor à l'opposé de toute cette horde de suiveurs qui peine à s'élever au-delà des bonnes intentions. Je n'ose pas parler de chef d'œuvre mais on peut aisément évoquer la totale réussite.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 14-08-2011

A voir également :

http://www.myspace.com/whensaintsgomachine

?>