.:.Chronique.:.

Pochette

Baby Fire

No Fear

[Cheap Satanism Records::2011]

|01 Sturm und Drang|02 This Baby|03 Insect / Flower|04 Dark Ages|05 Fingers|06 Worst Things|07 Sober|08 Bureau d'échange du Mal I : Bones Soup|09 Soap|10 I Love to Cook|11 Bunny|12 Everybody's Got a Hungry Heart|13 Untitled|14 Half-Sick of Shadows|15 Yellow Wallpaper|16 Bureau d'échange du Mal II : Dust Soup|

Une guitare, une batterie. On le sait la formule sait se révéler efficace à partir du moment où on sait utiliser ces instruments à bon escient. Les Baby Fire ne sont sans doute pas des génies de la guitare et de la batterie mais leur association dans l'optique de ce qu'elles voulaient en faire fonctionne plutôt bien. Parce que oui, Baby Fire est un duo de femmes, Diabolita et Cha !. Leur nom, elles l'ont tiré d'une déclaration d'Otis Tool, tueur en série, compagnon de route d'Henry Lee Lucas (autre givré du même acabit) qui se résumait à dire que la simple mise à feu d'un matelas qu'il appelait lui même un « baby fire ». Il y a donc quelque chose d'incandescant dans cette formation et même si elles avouent des influences très diverses dont la plus proche est sans doute celle du Riot Grrrl, on retrouve plus souvent la verve brut d'une PJ Harvey de l'époque Dry. Et quand bien même elles jouent en formation serrée, cela n'empêche pas d'avoir quelques invités comme Eugene Robinson (Oxbow), Dana Schechter (Bee And Flower, Angels of Light) et Raphaël Rastelli. No Fear n'est sans doute pas un disque de virtuoses mais là n'est pas vraiment l'intérêt.

Habité par une certaine sobriété, il n'en demeure pas moins que les deux femmes insufflent une certaine noirceur (du fait des thèmes abordés par le duo) mais aussi une franche intensité qui s'exprime dans le plus simple appareil. Sorti de ce schéma il n'est pas sur que Baby Fire aurait réussi à toucher au but. Le groupe a sans doute conscience de ses capacités mais aussi de ses limites. Ainsi il sait parfaitement où il va sans rien demander à personne, explorant les bas fonds de l'âme et allant là où d'autres n'oseraient même pas s'aventurer. Baby Fire use d'un rock massif, lent, sombre et malsain. Le groupe est donc parfaitement à sa place sur un label comme Cheap Satanism. Intransigeante, la formation va directement au but sans passer par le moindre intermédaire. Ceci dit la marge de manœuvre de Baby Fire est encore grande et le duo n'est pas aussi imposant qu'un Electric Wizard. Diabolita et Cha ! ont probablement pas mal de chemin à parcourir avant de connaître les plus bas tréfonds de l'humanité mais elles sont sur une voie royale et sont beaucoup plus proche de la solution qu'on ne le croit.

Baby Fire - Sober from xiao shitou on Vimeo.

note : 7

par Fabien, chronique publiée le 14-08-2011

A voir également :

http://www.myspace.com/babyfireburns

?>