.:.Chronique.:.

Pochette

Jeniferever

Silesia

[Monotreme Records::2011]

|01 Silesia|02 Waifs & Strays|03 The Beat of Our Own Blood|04 A Drink to Remember|05 Deception Pass|06 Cathedral Peak|07 Where the Hills Fall Towards the Ocean|08 Dover|09 Hearths|

Bon, on le sait, Jeniferever n'est pas le groupe le plus novateur de la planète mais on s'en fout d'une puissance qui dépasse l'imagination. Qu'est-ce qui leur vaut autant de complaisance ? Rien surement, si ce n'est qu'ils savent écrire de très bonnes chansons. Certes, c'est très subjectif ce que je dis mais c'est mon avis et je le partage. Comme sur Spring Tides, Jeniferever est en quête d'une indie-pop majestueuse où le post-rock joue les invités. Quitte à me répéter, les ombres de Logh et de Bright Eyes sont, une fois de plus, très présentes sur ce nouvel opus. On y retrouve, grosso modo les mêmes recettes mais, cette fois-ci Jeniferever gagne en puissance et en ampleur. Plus énervés et plus émotionnels qu'à l'accoutumé, les suédois, plutôt que de faire un Spring Tides bis, ont pris le pli de pousser plus loin leur logique. C'était à double tranchant. On aurait très bien pu leur reprocher d'en faire trop et de, finalement, se montrer moins séduisant que par le passé. C'était une hypothèse qu'il ne fallait pas négliger. Une fois écouté, on peut écarter cette hypothèse et admettre que Jeniferever continue de grandir, doucement mais surement.

Ainsi, Silesia est largement à la hauteur de ce que l'on pouvait attendre. Les morceaux atteignent des monts escarpés et tel un rapace de haute montagne le groupe déploie ses ailes pour montrer toute son envergure. C'est terriblement efficace et beau. C'est aussi simple que cela. Jeniferever n'a pas envie de se montrer arrogant et de se croire au-dessus de tout le monde. Ils veulent juste faire passer des émotions au travers d'une musique sans reproches. C'est déjà une belle ambition quand on y pense et c'est sans doute la seule qui devrait compter. Alors, certes, il n'y a rien de drôle ou de véritablement sautillant dans ce que chante Kristofer Jönson mais là n'est pas la question. Le plaisir que l'on prend à l'écoute de Silesia est d'une toute autre nature. Logh non plus ne donnait pas envie de rigoler à s'en taper les cuisses mais cela n'empêchait pas de considérer ce groupe comme sacrément doué. C'est un peu pareil pour Jeniferever, c'est un groupe doué. On le savait déjà depuis Spring Tides. Cela se confirme avec Silesia.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 10-08-2011

A voir également :

http://www.myspace.com/jeniferever

?>