.:.Chronique.:.

Pochette

Gwilliam, Ben & Zeh, Jason

Brombron 16 : Dots

[Korm Plastics / Extrapool::2011]

Ce seizième volume de la série Brombron est un cas d'école. D'un côté nous avons Jason Zeh qui est surout connu pour son travail sur bandes, de l'autre Ben Gwilliam, sculpteur sonore. Ce disque est alors la relation et la combinaison de leur spécialité respective. Rien de surprenant en soi. Du travail sur bandes, du field recordings, des sons de machines, des sources magnétiques etc... Et tout cela baignant dans un volume sonore changeant passant de la plus grande discrétion minimaliste à des vagues post-industrielles. Le problème est que, même si c'est bien exécuté, que Dots est une bonne expérience, il ne surprend aucunement. Le disque reprend peu ou prou des domaines qui ont été exploré à plusieurs reprises. En somme, le duo Gwilliam/Zeh s'inscrit dans une tradition expérimentale qui s'en tire assez bien malgré tout. Dans la lignée de gens comme Phil Niblock, Thomas Köner ou Francisco Lopez, les deux hommes jouent sur des niveaux sonores sales et ambigus, enlevant toute forme d'humanité et laissant dominer des séquences électroniques grisonnantes et pour le moins claustrophobes. Composé d'une seule et même pièce de quarante cinq minutes, Dots se révèle être une exploration en milieu souterrain et hostile mais qui n'est aucunement agressive. Souci du détail, navigation minutieuse, ce disque ne révèle rien d'autre qu'un penchant de deux artistes pour les espaces qui ne laissent pas vraiment filtrer la lumière mais qui s'adonnent à rendre important toutes formes sonores utilisables. Classique et sombre. Rien à redire.

note : 7

par Fabien, chronique publiée le 07-08-2011

A voir également :

http://www.plantarchy.us/post_moot_bios/zeh.html

http://www.myspace.com/thosesounds

?>