.:.Chronique.:.

Pochette

Blindhead

Whether that Will Make People Want to Become Archaelogists, We'll Have to See

[Ini.itu::2008]

La première référence proposée par le label Ini.itu (dont la particularité est de ne proposer que des vynils en éditions limitées à 250 exemplaires) repose sur une seule et unique pièce proposé par Blindhead. Elle prend donc une seule face, laissant vierge la seconde, comme un espace libre mais vide de toute substance. La pièce qui nous intéresse est basée sur un minimalisme électronique expérimental à la limite de l'opaque. Pour autant opaque, ne veut pas dire une absence de toute nuance. Parce que, en somme, cette longue pièce d'un peu moins de vingt minutes n'est faite que de ça. Un assemblage abstrait de diverses sonorités retravaillées électroniquement et créant par là même un espace multiforme et contemplatif. Les références assumées à cette compositions sont présentées comme étant Steve Roden, Asmus Tietchens ou Iannis Xenakis. Si nous ne sommes guère étonné, on ne pourra que louer le travail de création de Blindhead qui prend toute sa dimension en l'écoutant au casque ou alors dans une pièce qui vous permet de n'entendre aucuns bruits extérieurs. «Un cinéma pour les oreilles», voilà comment Blindhead définit cette création qui lui a pris six mois de sa vie. La formule est bien trouvée car l'accumulation et l'association de ces différentes sonorités donnent cette impression cinématographique où le microsound et un noise maitrisé font merveilles. Et comme le suggère le titre du morceau, la musique de Blindhead serait-elle également un travail archéologique ? Une archéologie des sons, il va s'en dire. Cela se pourrait bien. Un travail de mémoire pour ne pas oublier les sons qui nous entourent et qui sont les témoins de notre époque. Dommage que, dès lors, Blindhead soit aussi discret.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 25-07-2011

A voir également :

http://www.myspace.com/blindhaed2

http://www.iniitu.net/

?>