.:.Chronique.:.

Pochette

Hey Colossus

RRR

[Rio Season::2011]

|01 Teased From the Nest|02 The Drang|03 RRR|04 Rotated for Success|05 Almeria, Spain|06 Warmer the Belter|07 I Am Bunga Bunga|

J'avoue que je connais mal Hey Colossus et à l'heure d'aborder RRR, qui est leur septième album, je ne vous ferai pas l'affront de vous faire croire que j'en sais plus sur eux que n'importe qui d'autre. Pour tout dire c'est le premier album du combo britannique que j'ai entre les mains. Il faut un début à tout. Catalogué sludge, on aura fait beaucoup de comparaison pour ce groupe qui n'en demandait peut-être pas tant. Auteur de quasiment un album par an (c'est sympa pour les fans), Hey Colossus est un groupe qui fait débat. Si la formation londonienne compte des adeptes fidèles, ils ont aussi des détracteurs féroces qui n'hésitent pas à les considérer comme un groupe de seconde zone dont l'intérêt ne devrait jamais dépasser les cercles confidentiels. C'est sans doute un peu plus compliqué que cela. De toute évidence, Hey Colossus n'a rien d'une farce de mauvais gout. Bien au contraire, le groupe repose sur des bases solides qui fait autant appel au sludge le plus primal qu'au krautrock 70's (on pense à Faust, Neu ! évidemment, notamment sur un morceau comme Rotated For Success).

Le mélange des deux fait des étincelles. Entre une musique pesante semblant sortir des catacombes, des éléments noise, des penchants cosmiques , Hey Colossus arrive à trouver un amalgame savant, au son aussi crasseux que possible mais dont l'orientation n'est pas toujours une expérience frontale basée sur un déchainement sonique. Non, la formation est beaucoup plus subtile que cela, sachant se montrer aventureux et prendre des risques aux moments les plus opportuns. De fait, RRR est un album qui nous consumment et qui explorent autant les profondeurs que les espaces aériens. Ce disque n'est donc pas fait pour procurer une seule et même émotion. Hey Colossus est sans doute plus proche d'un rock expérimental et massif plutôt que du sludge le plus basique. Pour autant, et comme d'habitude en somme, RRR ne convaincra pas tout le monde. C'est dommage car ce disque incarne des moments d'une intensité rare qui ne peuvent raisonnablement vous laisser de glace. Reste à savoir si RRR sera suffisant pour que Hey Colossus passe de l'ombre à la lumière. Enfin, une place intermédiaire, en clair-obscur, leur irait très bien.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 24-07-2011

A voir également :

http://www.myspace.com/heycolossus#

?>