.:.Chronique.:.

Pochette

Orka

Oro

[Ici D'Ailleurs...::2011]

|01 Orogv|02 Betri Tidir|03 Hungur|04 Aldan Reyd|05 Fylgid|06 Hon Leitar|07 Tad Vakrasta|08 Rumdardrongurin|09 Moldblak|10 Kapersber|

Bon, on avait déjà Budam, maintenant les îles Féroés ont Orka qui s'exporte hors de ses frontières. Malgré un premier album sorti en 2009 (Livandi Oyda, toujours chez Ici d'Ailleurs), je dois avouer que je découvre Orka avec ce Oro qui tient de l'ovni. Le groupe mené par Jens L.Thomsen a un univers très particulier avec cette sensation que leur musique vient d'un milieu retiré du monde. Cela ne veut pas dire que Orka produit un univers sonore primitif et qu'ils ont de la paille coincée dans les oreilles. Bien au contraire, Orka utilise tout un arsenal moderne qu'il soit organique ou électronique. Ce qui est saisissant c'est bien son utilisation iconoclaste qui n'est pas sans rappeler celui de Fever Ray. Cependant, Orka se rapproche également des sonorités industrielles et trip-hop. De fait, nous avons affaire un groupe à géométrie variable mais qui parvient tout de même à ne pas se disperser. Au contraire de ce que l'on pourrait penser, Oro n'a rien de sombre mais il n'évolue pas non plus en pleine lumière. Ce disque est à mi-chemin, entre le clair et l'obscur, mais possède un vrai souffle de vie et se construit une identité qui refuse des mécaniques mélodiques trop convenues et trop prévisibles.

En cela, oui, Orka serait assez proches d'une Fever Ray mais aussi d'un Ulver. Pas la peine de faire de gros yeux ronds, la chose se conçoit très bien. Le tournant artistique pris par les norvégiens ces dernières années n'est pas sans rappeler celui qui habite Orka depuis ses débuts en 2005. D'ailleurs, il n'y a que dans ces contrées reculées et froides que l'on retrouve des groupes de cet acabit. C'est comme une marque de fabrique en somme. Une musique qui n'est, certes, pas très optimiste mais qui est bouillonnante et qui se sert d'ambiances pesantes tout en gardant une capacité de mouvements qui rend Orka bien plus souple qu'on ne l'aurait cru. Avec cette ossature industrialo-mystique, le groupe parvient à nous emmener vers des rivages dont on ne soupçonnait même pas l'existence. Clairement, ils ne trusteront pas les hit parades et tant mieux tant on a envie que ce disque soit un secret bien gardé. Ou alors à ne partager qu'avec des gens de bonne compagnie. Avec qui d'autre sinon ?

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 13-07-2011

A voir également :

http://www.myspace.com/orkaonline

?>