.:.Chronique.:.

Pochette

Cvantez

Tigers

[Drunk Dog::2011]

|01 Shade|02 Tigers|03 So Low|04 Leave You|05 That Diving|06 Positions|07 She Required|08 She Had a Story|09 No Longer|10 James Stewart Story|11 Tapes|12 Lucretia|

Exit Sandra Escamez. Cvantez, désormais, s'incarne en trio avec toujours aux manettes Oliver Salaün aidé, cette fois-ci de Cyrielle Martin et de Xavier Maloumian. Succédant à Yvetta Musipontaine, Tigers démontre que même si Cvantez change de line-up, le projet garde toujours sa singularité. De l'indie-rock apaisé et confidentiel que l'on peut croire assez classique dans la forme, des guitares claires, une chanteuse qui ne s'impose pas par rapport au reste mais qui se fond parfaitement dans le paysage voulu par Olivier Salaün. Ce dernier est quelqu'un d'éclairé et il s'associe avec des gens qui lui ressemble. Au vu du nom du disque, Tigers, on aurait pu croire à une échappée plus aggressive. Il n'en sera rien ou pas exactement. Cvantez raconte des histoires, décrit des paysages et a donc ce souci du détail qui ne peut raisonnablement pas être compatible avec un propos sonore qui s'incarne dans l'urgence. Le trio prend son temps, va à son rythme, accélère quand il le désire (So Low, She Had a Story, James Stewart Story...), imprime une musique en clair-obscur et l'ombre de formations comme Red House Painters n'aura jamais été aussi présente.

C'était sans doute déjà le cas avec Yvetta Musipontaine mais ici, c'est une certitude, le regard d'Olivier Salaün et de ses camarades est définitivement porté au-delà de l'Atlantique. Il faudra alors se débarasser de cette image de frenchie qui font à la "manière de". Avec son précédent disque, Cvantez avait prouvé que le groupe avait du caractère. Il le prouve une fois de plus ici, faisant largement oublier sa nationalité pour faire de lui une formation apatride se sentant partout chez lui à partir du moment où il peut diffuser sa lumineuse mélancolie. De fait, Tigers est le genre d'album à écouter à tête reposée. On a tout à y gagner car il parait inconcevable de faire autre chose en écoutant ce disque. Ce serait passer à côté de toutes les subtilités de Tigers qui sont plus que nombreuses. Cvantez fait sans doute parti d'une école très américaine mais force est de constater que le groupe a parfaitement appris ses leçons et, en plus d'un song-writing impeccable, il les retranscrits avec une passion palpable. Tigers n'est donc pas de la copie carbone, ce disque ne fait que perpétuer un savoir faire.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 13-07-2011

A voir également :

http://www.myspace.com/cvantezmusic

?>