.:.Chronique.:.

Pochette

Kalkbrenner, Paul

Icke Wieder

[Paul Kalkbrenner Musik / Rough Trade::2011]

|01 Böxig Leise|02 Gutes Nitzwerk|03 Jestrüpp|04 Schnakeln|05 Kleines Bubu|06 Des Stabes Reuse|07 Sagte Der Bär|08 Kruppzeug|09 Schmökelung|10 Der Breuzen|

Après le gros succès que fut Berlin Calling, Paul Kalkbrenner aurait pu ne pas se relever. Starisé il pu devenir le David Guetta allemand (l'argument bidon actuel pour vendre Berlin Calling en dvd). Pour ce faire il quitte Bpitch Control et s'en va tranquillement monter sa propre maison d'édition sobrement ou narcissiquement appelée Paul Kalkbrenner Musik. L'idée était sans doute de se donner un peu plus de liberté dans ses choix et de ne pas se sentir étouffé par les contraintes d'un label dont il ne contrôle rien. Cela pouvait promettre des lendemains heureux connaissant les capacités du bonhomme. On pourra donc considérer Icke Wieder comme un nouveau départ, une chance pour l'allemand qui pourra se laisser aller à toutes les fantaisies, bref, se réinventer un petit peu.

Bon, en fait, on n'y a pas cru très longtemps. Icke Wieder a beau avoir été conçu par Paul Kalkbrenner (et justement parce qu'il a été conçu par lui), on reste un peu déçu. Si l'album est plutôt de bon aloi on n'a pas l'impression d'une réelle mise en danger. Une techno classique, très germanique mais sans de grosses fantaisies. C'est comme si Kalkbrenner avait voulu jouer la sécurité, sachant comment faire du pied à sa fan-base et se montrer, finalement, le plus ouvert possible sans qu'on puisse dire qu'il soit tomber dans une musique électronique faite pour les masses ignorantes. Clairement, le retour aux affaires de Kalkbrenner est mitigé. Sans être réellement mauvais, on ne peut pas dire que Icke Wieder soit un disque spécialement transcendant. C'est du Kalkbrenner sans trop de génie mais même à ce niveau là, il sait se rendre plaisant, limitant la casse sans qu'on puisse penser à l'accident industriel ou au revers de fortune.

note : 6

par Fabien, chronique publiée le 06-07-2011

A voir également :

http://www.myspace.com/paulkalkbrenner

?>