.:.Chronique.:.

Pochette

Big'n

Dying Breed

[Africantape::2011]

|01 Dirtfarmer|02 Old Negro Work Song|03 Godawfulf|04 Tight One|05 Maggie Gives|06 TNT|07 Mealticket|08 Musket|09 Final Song|10 Mite|11 Untitled|12 Dirty Deeds Done Dirt Cheap|13 Hoss|14 Small Giant |15 King Hot Pants|16 Chinese Jet Pilot ( Emperor Penguin Remix)|

Quelle idée saugrenue. Par l'initiative du label Africantape voici donc le retour d'un groupe de noise-rock dont tout le monde ou presque avait oublié l'existence. Deux albums dans les années 90 et puis plus rien. Tombés au champs d'honneur ce quatuor de Chicago n'avait plus fait parlé de lui jusqu'à ce jour. Un retour qui a suscité bien de l'intérêt comme s'il s'agissait de rattraper le temps perdu. Et ce come-back est tout d'abord pris corps avec ce Dying Breed qui n'est pas autre chose qu'une compilation. Mais, mazette, quelle compilation ! Des titres rares, des inédits, des reprises d'AC/DC (dont le T.N.T qui était déjà présent sur un ep de cover du groupe et qui comportait, outre Big'n, des formations comme Shellac, Brise-Glace et US Maple). Seize morceaux en tout qui sont loin d'être des fonds de tiroir tant la qualité est au rendez-vous. Enregistrement de très bonne facture, des morceaux saignants à souhait qui montre à quel point ce disque est essentiel pour redécouvrir un groupe comme Big'n. Ce disque ne va sans doute pas bouleverser le cours des choses mais il n'en reste pas moins que Big'n mérite amplement de sortir de l'oubli.

C'est désormais chose faite et même si ce retour peut être temporaire il permet de combler quelques lacunes. A l'évidence, Big'n n'est pas, à partir de ce que l'on peut juger de Dying Breed, un groupe de seconde zone. Il vaut bien ceux que l'on a pendant longtemps porté aux nues. Dying Breed fait sans doute office de document (pas mal des titres de l'album étaient depuis longtemps introuvables) mais il marque bien le retour aux affaires d'un groupe qui n'aurait jamais du disparaitre de nos tablettes. Certes, sa première existence n'avait vraiment bénéficié d'une distribution digne de ce nom, ce qui ne l'a certainement pas aidé à suvivre. L'oportunité dont leur fait bénéficier Africantape se fait sans doute dans de meilleures conditions. En effet, le label franco-italien a une réputation qui est assez bien relayé dans la presse spécialisée et sur le net. Chose qui était difficilement possible dans les 90's. La fureur électrique des américains peut ainsi avoir une plus large audience. Un moment de bravoure donc, que l'on espère ne pas être éphémère.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 06-07-2011

A voir également :

http://www.myspace.com/bignchicagonoise

?>