.:.Chronique.:.

Pochette

Thrills, The

So much for th city

[Virgin::2003]

A l'instar de Athlete, chroniqué ici il y a quelques mois, avec lequel il partage un goût pour une pop légère et magnifiquement ourlée, The Thrills est un groupe anglo-saxons qui bénéficie depuis quelques mois d'une certaine hype médiatique, un buzz reposant également sur trois bons singles (des maxis plutôt) bien accueilli de l'autre coté de la manche et encensé dans les pages du vénérable Magic.

Et puis voilà l'album. 12 titres. C'est pas énorme. Mais en pop d'habitude, cela est suffisant. Le problème c'est que "Big sur" et "One horse town" sont déjà sorti en single et les plages 1,4,10, et le morceau "caché" se trouve sur le E.P. "Santa cruz". Du coup, après avoir fait monter la pression pendant près de 6 mois, les nouveaux protégés de Virgin/EMI ne réussissent à offrir que 6 morceaux, et encore pas tous aussi bon que les trois excellents singles.

Quoi qu'il en soit, cet album n'en est pas moins une vrai pépite pop, comme peu de groupes savent aujourd'hui nous en gratifier. Douze titres donc, bercés par les Beach Boys et le soleil californien qu'ils n'ont connu que sur le tard. Douze chansons, toutes très bien écrites, et surtout magnifiquement arrangées, bordées de guitares, de pianos, d'harmonicas, de banjos, tantôt nostalgiques, tantôt joyeuses, mais qui vous accompagneront parfaitement, tout l'été, à la plage comme en voiture, de jour comme de nuit. Bref la bande-son idéale de votre été 2003.

Ce disque vieillira-t-il bien, ou sera-t-il l'éclat d'une saison ? difficile à dire, mais qui s'en préoccupe réellement ?

Aujourd'hui, maintenant, ce disque est bon. Très bon.

note : 8

par Spada, chronique publiée le 16-09-2003

.:.Un autre regard.:.

Annoncés comme la nouvelle sensation britannique, The Thrills ont déjà connu une première heure gloire en précédant Morrissey sur scène, sur son invitation, ce qui est un exploit connaissant le bonhomme. Ils se lancent dans le grand bain avec leur album, qui tente de rapprocher leur Irlande natale de la Californie et de la West Coast U.s en général. Un road-album qui passe par Santa Cruz, Big Sur, Hollywood…sans sortir de la caravane. A peine passent ils la tête à travers le hublot pour prendre une photo, presque une carte postale, au dos de laquelle est griffonnée deux trois pensées et anecdotes.

Par contre, si la West Coast est source d'inspiration, c'est toujours une bonne chose car les guitares des Frissons est plutôt aérienne, les chœurs wilsonniens, la steel bien glissante…Des chansons à écouter en bagnole sur la route des vacances, pour oublier les lardons qui gueulent et pissent à l'arrière et rêver de se retrouver seule avec sa régulière à s'enfiler des tequila sunrise sur la plage. A noter le fort potentiel des singles, qui devraient cartonner comme il se doit.

note : 7

par Drezco, chronique publiée le 16-09-2003

.:.L'avis des autres rédacteurs.:.

Thomas F. : avis du rédacteur
Zulyen : avis du rédacteur
dorian : avis du rédacteur
Fabien : avis du rédacteur
Emilie : avis du rédacteur
Yann : avis du rédacteur

?>