.:.Chronique.:.

Pochette

Prince of Assyria

Missing Note

[Kning Disk::2011]

|01 Another Love Song|02 Tears of Joy|03 Sail the Ships Away|04 What Ever You Want|05 Tliqa|06 Waltz Life|07 We As People|08 Sleep Tight|09 Emotion Laces|10 Missing Note|

Il y a quelque chose de très charnel dans cet album de Ninos Dankha aka Prince of Assyria. Armé d'une simple guitare, d'une voix profonde et imposante, de quelques musiciens pour l'accompagner, il délivre un Missing Note limpide, oeuvrant pour une émotion immédiate mais qui évite les longs trémolos sirupeux. C'est déjà pas si mal car malgré la candeur affichée ici Missing Note n'est pas un disque particulièrement ébouriffant. Certes, il se défend, il parle aux sens, est construit autour de chansons tout à fait honorables et solides mais cela ne suffit pas toujours. En effet, on avance ici en terrain découvert et les références allant de Tindersticks à Léonard Cohen en passant par Tim Buckley, voire Nick Drake, débordent de tous les côté et on se demande franchement ce que notre Prince de l'Assyrie nous apporte vraiment de plus. Rien en fait, il faut en avoir conscience. Pourtant, on peut aisément en faire abstraction, passer outre, et prendre Missing Note pour ce qu'il est. Le premier degré a parfois du bon et permet de ne pas trop se poser de questions. Et il n'est pas tout à fait utile de s'en poser trop avec ce disque. En évitant de se référer systématiquement à de glorieux ainés on peut effectivement prendre pas mal de plaisir à écouter Missing Note qui est très loin d'avoir la grâce d'une enclume.

C'est donc assez délicat ce genre d'album. Pas franchement mauvais, il pose le souci du manque d'originalité et d'une trop grande lisibilité dans les influences. On imagine bien que Ninos Dankha soit sincère, là n'est pas le problème. Sinon, il se serait borné à faire une musique putassière, lisse, surproduite et parfaitement formatée. Dans un sens sa musique peut l'être, formatée, mais pas dans l'idée d'une approche de commerce de masse. Missing Note s'adresse quand même à des gens qui ont une certaine sensibilité et qui ont une culture musicale qui va très au-delà de ce peut proposer un Christophe Maé (oui, je sais, c'est facile). De fait, Missing Note ne mérite pas forcément toute l'opprobe du monde mais pas non plus les félicitations du jury. Il reste un bon disque d'indie-folk qui s'ajoute à quelques autres. Pour le moment, on a l'impression que Prince of Assyria la joue placée. Il est évident que quand il se mettra en quête de la première place, il risque de faire assez mal à ses concurrents.

note : 7

par Fabien, chronique publiée le 18-04-2011

A voir également :

http://www.myspace.com/princeofassyria

?>