.:.Chronique.:.

Pochette

Edible Woman

Everywhere at Once

[Sleeping Star::2010]

|01 Slightly Shifted|02 A Small Space Odissey|03 Everywhere at Once|04 Goran Sarajlic|05 Entomology|06 To my Brother|07 --|08 The Shadows of Doubt|09 Hi, This Is Hardcore|

Fondé en 2001, Edible Woman tire son nom d'un roman de Margaret Atwood et s'est très rapidement orienté vers un math-rock noisy qui trouvera sa formule finale avec l'arrivée au chant de Luca Giommi en 2004. C'est sans doute à cette époque que tout commence vraiment pour Edible Woman qui enchainera les concerts et verra ses premiers enregistrements distribués. Everywhere at Once est ainsi leur troisième album et pour nous il sonne comme une de ces belles découvertes transalpines qui nous sont apparus régulièrement ces deux-trois dernières années. Edible Woman est de ces groupes italiens qu'il faut retenir et soutenir car quand on est capable d'un disque comme celui-ci où l'intelligence rime avec puissance, on ne peut que s'incliner. Si on les classe communément dans la constellation math-rock c'est bien à défaut car, à l'évidence, ce groupe est un peu plus que cela. En affirmant une préférence pour le noise et en s'affichant avec des groupes comme The Jesus Lizard ou Jenifer Gentle, il est clair qu'on ne peut décemment pas résumer Edible Woman à un genre défini. Non, ici on rencontre donc du noise, du math-rock, du post-core, du jazz-core, du psyché-rock... bref, tout ce qui peut mette chacun d'entre nous dans un état de tension et de jubilation extrême. Et pour arriver à ce résultat, Edible Woman se dépense sans compter.

En ce sens, Everywhere at Once apparait comme un disque abouti, qui montre un groupe en pleine possession de ses moyens et qui, probablement, a atteinds une sorte d'apogée créatrice. On ne sait si cela durera ou si le groupe sera capable de rééditer l'exploit mais Edible Woman nous montre ici à quel point on peut sortir des albums de grande qualité sans chercher une production trop riche ou trop parfaite. En effet, Everywhere at Once est un disque à la production sobre, immédiate, qui n'utilise pas d'effets de manche pour impressionner son monde. Edible Woman nous apparait alors tel qu'il est, un groupe qui ne ment pas, qui ne triche pas. C'est un esprit qui a ce souci de l'honnêteté et qui se dresse comme la meilleure alternative à ces musiques artificielles qui ne sont là que pour proposer une image sans rien avoir derrière. Certes, Everywhere at Once n'est pas un album parfait, il ne prétend pas l'être, mais l'énergie qu'il dégage, sa force mais aussi la subtilité tortueuse de ses mélodies montre qu'Edible Woman est le digne héritier de toute cette vague alternative américaine des années 90 qui de Sebadoh à Shellac en passant par une foule de formations passionnantes ont été l'incarnation d'un espoir d'une contre culture à mille lieux du mainstream et des bénis oui oui du rock qui se vendent à des marques de lessives. Edible Woman incarne cela à travers sa musique. Une contre-culture mais qui reste ouverte à tous.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 13-04-2011

A voir également :

http://www.myspace.com/ediblewoman

?>