.:.Chronique.:.

Pochette

Pan Sonic

Gravitoni

[Blast First Petite::2010]

|01 Voltos Bolt|02 Wanyugo|03 Fermi|04 Corona|05 Radio Qurghonteppa|06 Trepanointi/Trepanation|07 Väinämöisen Uni/ Väinämöisen Dreams|08 Suuntaa-Antava/Indicational|09 Hades|10 Kaksoisvinokas/Twinaskew|11 Pan Finale|

Cette fois c'est sur. Pan Sonic n'est plus. On le savait qu'il y avait de l'eau dans le gaz depuis au moins 2009. Dâte à laquelle ils ont annoncé que Pan Sonic se séparait pour, officiellement, se consacrer à leurs projets respectifs. Cependant, personne n'était sans savoir que Mika Vainio et Ilpo Vaisanen avaient de plus en plus de mal à se supporter. Ce dernier point relève certes de l'anecdote et pour le coup seul reste le constat de la disparition de l'une des formations des plus importantes de la musique électronique contemporaine. Pour solde de tous comptes, Pan Sonic nous livre malgré tout un dernier album qui a été enregistré à Berlin entre 2009 et 2010, preuve s'il en est que les relations entre les deux hommes n'étaient pas totalement rompues. Pour autant, le dernier titre du disque, Pan Finale, ne laisse pas de doutes quant à la conclusion de l'aventure. En tout cas Gravitoni pourra laisser quelques regrets tant le duo s'est, une fois de plus montré à la hauteur de sa réputation. Minimaliste, rèche, noisy, robotique, industriel. Finalement, Pan Sonic ne change pas vraiment mais pousse toujours l'auditeur dans ses derniers retranchements. A aucun moment on pourra se sentir à l'aise et Pan Sonic n'a, de toute façon, jamais été réputé pour vous laisser dans un état de béatitude.

Sans être dans la brutalité extrême d'un Merzbow ou d'un Whitehouse, Pan Sonic développe ses rythmes concassés aux allures accidentelles et ce dans une ambiance à la limite du glauque et de l'irréel. De fait, il n'y a rien de lisse ici, rien à quoi on puisse se raccrocher pour respirer quelque peu. Dans un dernier effort Pan Sonic a probablement voulu donner de lui une image assez fidèle de ce qu'il a été. Comme toute séparation n'est jamais forcément heureuse, Gravitoni apparait comme un album des plus sombres, inquiétant, voire même menaçant. Cette musique électronique cérébrale qui puisait une grande source d'inspiration dans la musique industrielle (Throbbing Gristle et Suicide en tête même si ces derniers ne font pas partie entièrement et directement de cette frange) a un caractère unique qui aura ouvert la voie à beaucoup d'autres. Pan Sonic est un groupe difficile, exigeant qui conçoit que ce qu'il fait s'adresse autant à l'intellect qu'à un sentiment d'affrontement. On en est encore là avec Gravitoni. Quand on connait bien la discographie des finlandais on ne sera pas vraiment surpris par la performance mais elle permet de finir en beauté. Désormais, Pan Sonic ne survivra qu'à travers ses albums passés et, pour les deux hommes, ce sont d'autres perspectives qui s'ouvrent à eux. Il en va de même pour nous d'ailleurs.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 04-04-2011

A voir également :

http://www.myspace.com/electronicsquelches

?>